Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme dans un casque. Image d'illustration

    Des Casques blancs pas si blancs? Quand les USA financent ces «héros» syriens

    © Flickr/ Morning Calm Weekly Newspaper
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)
    279061745

    Et si ces héros parmi les rebelles syriens, «les premiers à venir à l'aide, qui risquent leur vie pour sauver les autres», n'étaient en fait que des marionnettes dans les mains des États-Unis? Les Casques blancs ont été maintes fois accusés de propagande contre le régime syrien, mais ce n'est pas encore toute la vérité, semble-t-il...

    L'organisation controversée White Helmets, ou Casques blancs, a été accusée à plusieurs reprises d'avoir fabriqué des preuves censées noircir le gouvernement de Bachar al-Assad et les militaires russes effectuant des frappes contre les terroristes en Syrie. Or, tout semble rentrer dans l'ordre si l'on creuse plus profondément et qu'on apprend qui se cache derrière ces « héros » aux fonctions purement « humanitaires ».

    « Ces Syriens, les premiers à réagir et à venir à l'aide, qui risquent leur vie pour sauver les autres à Alep, déchiré par la guerre », « face à une brutalité implacable, ces héros ont fait leur apparition »… Voilà comment les médias occidentaux couvrent les exploits des Casques blancs syriens. Ou encore : « Ils ont tous choisi de risquer leur vie pour sauver les autres », « ce qui a rendu la défense civile syrienne candidate pour le prix Nobel de la paix ».

    Et puis, soudain, ces mêmes personnes furieuses descendent dans les rues et se disent « ravies de pouvoir finalement recueillir les corps des militaires pro-Assad et les jeter aux ordures », comme le montre la plateforme médiatique In The Now dans une vidéo :

    Syrian rebel White Helmets actually funded by U.S.

    Not-so-white Helmets: Syrian rebel ‘heroes’ actually funded by U.S.

    Опубликовано In the NOW 12 октября 2016 г.

    Pour pénétrer les coulisses de cette structure, examinons de près la hiérarchie et le fonctionnement des Casques blancs syriens. Raed al-Saleh, le chef de cette organisation tellement applaudie en Occident, s'est vu refuser l'entrée aux États-Unis. Voici les propos du porte-parole du département d'État américain Mark Toner à ce sujet :

    « Une fois qu'un individu dans tout groupe est soupçonné d'avoir des liens avec les groupes extrémistes ou bien considéré comme une menace à la sécurité des États-Unis, nous agissons en conséquence. Ce qui ne veut pourtant pas dire que nous condamnons ou rompons nos relations avec le groupe qui emploie cet individu ».

    Comment les Casques blancs se présentent-t-ils eux-mêmes ? « Une organisation impartiale et neutre » Mais à regarder ses soutiens financiers, elle ne semble pas si neutre que ça.

    « Nous leur accordons, via USAID, quelque 23 millions de dollars d'assistance (environ 21 millions d'euros) », déclare ainsi Mark Toner.

    « Je suis fier d'affirmer que nous leur accordons environ 32 millions de livres sterling (plus de 35 millions d'euros) de financement comme partie d'un paquet plus grand de 65 millions de livres sterling (72 millions d'euros) », renchérit le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson.

    Voilà donc d'où provient cette attitude résolument antirusse et anti-Assad des Casques blancs ! Une attitude qui s'inscrit parfaitement dans la stratégie de leurs soutiens occidentaux.

    Faisant partie des plus grandes organisations humanitaires, les White Helmets (Casques blancs en français) ont été maintes fois accusés de mener un sale jeu en Syrie. Parmi leurs péchés figurent une propagande anti-gouvernementale visant le régime de Bachar el-Assad, des tentatives pour encourager une intervention étrangère dans le pays, ainsi que des « preuves » fabriquées dénonçant les « bavures » commises lors de la campagne russe en Syrie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».
    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)

    Lire aussi:

    De Snowden aux Casques blancs de Syrie, qui remportera le Nobel de la paix?
    Les casques blancs en Syrie sont-ils si bons? (VIDEO)
    Guerre médiatique: les USA versent des millions pour dénigrer les succès russes en Syrie
    Washington s’inquiète: "Nous perdons la guerre médiatique contre Moscou"
    Alerte, intox! Alep était en ruines bien avant l’opération russe en Syrie
    Tags:
    campagne médiatique, financement, propagande, médias, The White Helmets, Boris Johnson, Mark Toner, Bachar el-Assad, Alep, Royaume-Uni, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik