International
URL courte
Attaque du convoi humanitaire de l’Onu près d’Alep (19)
4442
S'abonner

«C'est un des groupes terroristes» qui est derrière le pilonnage du convoi humanitaire de l'Onu, a annoncé plus tôt dans la semaine le président russe Vladimir Poutine. Mais qui se cache derrière cette formulation précise et vague à la fois ? Sputnik a posé cette question au spécialiste français du Moyen-Orient Christian Chesnot.

Le président russe a affirmé auparavant savoir qui était derrière l'attaque contre le convoi humanitaire de l'Onu. « Nous savons qui a effectué cette frappe. C'est un des groupes terroristes », a déclaré M. Poutine, et dès lors on a évoqué un flot d'hypothèses quant au groupe terroriste mystérieux.

Christian Chesnot, spécialiste du Moyen-Orient, journaliste et auteur du livre « Les chemins de Damas. Le dossier noir des relations franco-syriennes », donne son avis sur le groupe terroriste qui aurait frappé le convoi humanitaire près d'Alep.

Est-ce le Front al-Nosra, rebaptisé Fatah al-Cham, qui est visé par la déclaration du chef d'État russe ? Pour M. Chesnot, le plus important, ce n'est pas quel groupe est sous-entendu, mais qui qualifie ce groupe de terroriste.

« C'est le plus important, il a son nom sur la liste du terrorisme de l'Onu, reconnu par tout le monde. Il s'agit quand-même d'une filiale d'Al-Qaida — on ne parle même pas de l'État islamique, on parle d'al-Nosra qui est une branche syrienne d'Al-Qaida. Il y a d'autres groupes, qui sont à la marge, alors qu'ils ne sont pas officiellement sur la liste du terrorisme comme le Front Ahrar al-Cham ou Jaysh al-Islam qui sont des groupes financés, armés par le Qatar, l'Arabie saoudite ou la Turquie, alors qu'ils ne sont pas officiellement et rigoureusement sur la liste du terrorisme mais qui peuvent à bien des égards en faire partie », explique M. Chesnot.

« Souvent ils ont des connexions avec le Front al-Nosra ou des groupes terroristes parce que sur le terrain vous avez des alliances tactiques pour mettre leurs forces en commun, et c'est pour cela que les Russes avaient dit aux Américains : il faut surtout que tous ces gens-là se séparent des terroristes », poursuit le spécialiste.

« C'est là où le bât blesse entre les Américains et les Russes, c'est-à-dire savoir qui est terroriste, qui ne l'est pas. On revient quand-même au Front al-Nosra qui est la plus grosse boutique islamiste, djihadiste sur place. Et là, évidemment, pour les Russes c'est la bête noire », assure-t-il.

« Et puis, c'est vrai que les Américains et surtout les Turcs ont souvent joué un double jeu avec ces groupes-là », déplore l'expert. 

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Attaque du convoi humanitaire de l’Onu près d’Alep (19)

Lire aussi:

Convoi humanitaire attaqué: les allégations sur l’implication russe indéfendables
Un sosie US du Su-34: «bombarder un convoi d'aide et accuser la Russie?»
Convoi humanitaire attaqué: où sont vos "preuves", Monsieur Johnson?
Convoi de l'Onu bombardé: l'opposition syrienne liée à al-Nosra impliquée
Tags:
terrorisme, bombardements, convois humanitaires, Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), Front al-Nosra, Vladimir Poutine, Syrie, Alep
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook