Ecoutez Radio Sputnik
    Barack Obama

    Le Congrès américain appelle Obama à renoncer à l’idée de frappe nucléaire préventive

    © AFP 2019 Yuri Gripas
    International
    URL courte
    1311274

    Face au refus d’Obama d’adopter une déclaration sur la politique de non-recours aux armes nucléaires en premier, des congressistes américains exigent que le président revoie sa position.

    Plus de 20 membres du Congrès des États-Unis ont adressé un message au président Barack Obama exigeant qu'il renonce au concept de pouvoir utiliser en premier l'arme nucléaire.

    Le New York Times avait annoncé précédemment que la Maison Blanche avait examiné l'adoption d'une déclaration sur la politique de non-recours en premier aux armes nucléaires, mais M. Obama n'avait pas accepté ce projet.

    « Si les États-Unis réalisent leurs plans d'utiliser en premier les armes nucléaires contre un ennemi disposant d'un arsenal similaire, cela pourrait donner lieu à un échange de frappes nucléaires qui entraînerait la mort de milliers de civils », stipule le message signé par 22 congressistes.

    Les États-Unis sont l'unique pays, outre la Russie, à posséder ce qu'on appelle la « triade nucléaire » : des armes nucléaires basées au sol, en mer et dans les airs.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Et si, après Hiroshima et Nagasaki, les USA avaient encore utilisé l’arme nucléaire?
    Les USA n'excluent pas une frappe nucléaire préventive contre la Corée du Nord
    Pyongyang accuse les USA de planifier une frappe nucléaire préventive
    La tour Eiffel évacuée et fermée après qu’un homme a été surpris en train de l’escalader
    Tags:
    arsenal nucléaire, armes nucléaires, Congrès des États-Unis, Barack Obama, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik