International
URL courte
2241
S'abonner

Le 15 octobre, les chefs des diplomaties russe, américaine, iranienne, turque et saoudienne seront réunis à Lausanne pour discuter du règlement syrien. Cependant, la politique antirusse menée par Washington pourrait affecter les prochaines négociations, explique à Sputnik Oya Algonenc, ex-parlementaire turc et désormais analyste politique.

Malgré la politique antirusse continue menée par Washington et les prochaines élections aux États-Unis qui pourraient affecter les négociations à venir, on a besoin d'une réunion entre les parties russe, américaine, iranienne, turque et saoudienne, puisqu'en Syrie, des civils meurent tous les jours, souligne M. Algonenc dans un entretien accordé à Sputnik.

« C'est seulement avec la participation conjointe de ces acteurs que la crise syrienne pourra être résolue. Ces pays sont les principaux acteurs influents dans cette région troublée », a indiqué l'expert turc.

Toutefois, il doute que cette réunion puisse aboutir à des résultats concrets, étant donné que tous les participants ont des positions opposées.

Selon lui, les Syriens n'ont plus la force de lutter. Ils ont besoin de la paix ou d'une trêve.

« J'espère que les Américains vont enfin changer leur attitude à l'égard de la Russie. Dans ce cas, certains arrangements constructifs pourraient se réaliser », a souligné M. Algonenc.

Mais les Américains pourraient agir avec hésitation lors des négociations à Lausanne en raison des prochaines élections présidentielles aux États-Unis. Ils soulèveront les incertitudes qui demeurent en rapport avec la possibilité d'une nouvelle politique syrienne de la Maison Blanche qui pourrait être menée après l'arrivée au pouvoir du nouveau président, note l'analyste politique turc.

Cela signifie, selon lui, que, lors des prochaines négociations, le secrétaire d'État américain réitérerait sa position précédente sur le règlement syrien et, bien sûr, dans ce cas, la Russie n'aura rien de nouveau à proposer. Il ne reste plus que la Turquie, l'Iran et l'Arabie saoudite qui ne devraient pas prendre de nouvelles décisions indépendamment des deux superpuissances.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Les USA et la Russie doivent se rapprocher, selon le nouveau secrétaire général de l’Onu
USA: trois menaces résultant de la rupture avec la Russie
La Syrie dévoile les causes de l’échec de l’accord USA-Russie
Syrie: le refus des USA de coopérer avec la Russie serait un cadeau aux terroristes
Tags:
négociations, pourparlers, crise syrienne, Lausanne, Arabie Saoudite, Turquie, Iran, Syrie, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook