International
URL courte
Situation en Syrie (automne 2016) (217)
6655
S'abonner

La situation dans Alep est, occupé par des groupes armés, continue à faire la Une des bulletins d’informations occidentaux, y compris américains. Or, il s’avère que l’image relayée par la presse locale est sélective et la population ignore que les extrémistes assiégés par l’armée pilonnent le reste de la ville.

L'annonce du pilonnage d'une école d'Alep le 13 octobre par des extrémistes semble avoir laissé de glace les journalistes occidentaux : les informations sur sept enfants tués et une dizaine d'autres blessés rien que jeudi n'ont pratiquement pas été relayées dans la presse occidentale. Pourtant, les bulletins d'informations ne cessent de dresser des bilans des victimes enregistrés dans les quartiers orientaux d'Alep que l'armée syrienne tente d'arracher aux terroristes.

Par conséquent, peu d'Américains ont une idée claire de la situation réelle dans cette ville syrienne. Vous en doutez? Jugez par vous-mêmes : un correspondant de la chaîne RT a interrogé des passants américains au sujet d'Alep et les réponses ont été bien curieuses. Faut-il préciser que la Russie se fait porter le chapeau ?

Que se passe-t-il à Alep ?

« Il y a des réfugiés ».

« Où ? Je n'en ai aucune idée, je regarde rarement la télé ».

« Alep est un point chaud en Syrie où tout est hors contrôle ».

« Il y a la guerre. Des gens y meurent de faim, souffrent et c'est terrible ».

« Ce qui se passe à Alep, c'est un véritable cauchemar. C'est un vrai massacre, des gens meurent. C'est une folie ».

Qui est responsable de la situation à Alep ?

« Le président syrien. C'est lui qui a tout commencé ».

« Les Russes et le gouvernement syrien bombardent la ville ».

« D'après ce que je comprends, c'est la Russie qui les tue ».

« À nouveau, la Russie y mène des bombardements intensifs ».

L'opposition frappe-t-elle qui que ce soit ?

« Peu probable. Ils n'ont même pas d'avions. Ils n'auraient pas pu le faire ».

Près de la moitié de la ville est contrôlée par des forces d'opposition qui bombardent des civils. Le savez-vous ?

« Non. Je n'arrive même pas à y croire ».

« Je ne le savais pas ».

« Je n'ai jamais entendu quelque chose de la sorte sur eux ».

« Je sais que le gouvernement frappe les civils, mais je n'ai rien entendu du genre sur l'autre partie en conflit ».

« Je suis bouleversée, mais je n'en savais rien ».

Les médias américains, couvrent-ils objectivement la situation en Syrie ?

« Bien sûr ».

« Je ne sais pas ».

« Je regarde la MSNDC, leur point de vue est compatible avec le mien ».

Et la perle :

« La Russie participe au conflit et aide l'opposition. Je ne sais pas ce qu'en pense Obama… Vous avez raison, elle aide le gouvernement, mais il faut que les États-Unis participent également au conflit pour y mettre de l'ordre ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Situation en Syrie (automne 2016) (217)

Lire aussi:

Cette autre Syrie dont les médias n’ont cure
Quand les grands médias parlent des événements en Syrie… qui n’ont jamais eu lieu
"Malheureusement, la Russie existe", dit-elle et part en quête de "médias fiables"
Tags:
Russie, États-Unis, Syrie, Alep, victimes, médias, pilonnage, enfants, désinformation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook