Ecoutez Radio Sputnik
    Mark Toner

    Règlement de la crise syrienne: les USA envisagent le recours à la force

    CSPAN (Screenshot)
    International
    URL courte
    559967382

    Le président américain et ses conseillers examinent de nouveaux scénarios à adopter en Syrie.

    Les États-Unis se proposent d'exercer une pression aussi bien économique que militaire sur Damas dans le cadre du règlement de la crise syrienne. Le chef adjoint du service de presse du département d'État américain Mark Toner l'a déclaré lors d'un point de presse dans sa réponse sur la question de savoir quels scénarios, outre le scénario diplomatique, l'administration Obama jugeait possibles dans le règlement de la crise.

    « Nous examinons des solutions différentes : la pression militaire, la pression économique, ainsi que d'autres façons d'exercer la pression et d'obtenir des résultats compte tenu de la situation en Syrie. Nous tâchons de les analyser en profondeur », a-t-il noté.

    Mark Toner a expliqué que le secrétaire d'État John Kerry était concentré sur le dialogue multilatéral sur la Syrie, ainsi que sur la possibilité d'utiliser « l'influence politique des autres pays » sur la situation afin de « lancer un nouveau processus diplomatique » de règlement.

    Précédemment, l'agence Reuters avait annoncé, se référant à des sources dans l'administration des États-Unis, que le président américain et ses conseillers allaient étudier de nouvelles façons d'agir en Syrie, notamment des frappes contre les forces gouvernementales, les stations radar et les dépôts d'armes. Une source de l'agence a affirmé cependant qu'il n'y avait pas de garanties que Barack Obama prendrait une décision définitive.

    Quant à la possibilité de percées lors des négociations sur la Syrie à Lausanne, Mark Toner a fait montre de retenue et a prévenu qu'il ne fallait pas « attendre d'importants acquis ».

    Mercredi 12 octobre, le ministère russe des Affaires étrangères et le département d'État américain ont annoncé la tenue le 15 octobre, à Lausanne, d'une rencontre internationale sur la Syrie avec la participation de Sergueï Lavrov et de John Kerry.

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a signalé dans un entretien à CNN que l'Iran, la Turquie, l'Arabie saoudite et, peut-être, le Qatar participeraient aux consultations.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a dit plus tard que la composition définitive des participants à la rencontre était à préciser.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».


    Lire aussi:

    Trois scénarios possibles pour l’extrémisme sur le sol syrien
    «En refusant de coopérer en Syrie, Washington fait le jeu des terroristes»
    «Le vide de la volonté politique US aggrave la situation en Syrie»
    Tags:
    crise syrienne, Sergueï Lavrov, John Kerry, Mark Toner, Lausanne, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • Boulava
      L’effondrement du papier toilette dollar est proche , il faut s'attendre au pire avec satan !

      Que la sainte Russie et la Chine se tiennent prêt !
    • Ugo
      C'est la photo d'un repris de justice le bras cassé là ? Ah non, c'est le porte parole, ben ça dit tout.
    • Ugo
      Les chiens (pardon pour les canidés) aboyent, la caravanne russe passe son chemin.
    • un citoyen françaisen réponse àUgo(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Ugo, oui en effet, à ce niveau c'est une insulte faite aux canidés ! Si on prend du recul et si on analyse les évènements, les US cherchent vraiment la guerre, ils sont à bout financièrement ils tentent le tout pour le tout ! Mais c'est la fin qui les guètes !!!
    • Ugoen réponse àun citoyen français(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      un citoyen français,
      Beaucoup de choses semblent se précipiter et aller crescendo. Si ce n'est pas que du verbiage et des roulements de mécaniques, cela peut vite dégénérer. Nous vivons la situation d'un empire hégémonique aux abois et assistons à sa stratégie du " ça passe ou ça casse ". Le problème pour eux, c'est que la Russie n'est pas la Lybie ou un quelconque pays arriéré. Sans parler de ce que feront la Chine et d'autres en cas de conflit ouvert. Ça sent la fin de règne et l'après sera une période de revanche car les peuples ont trop soufferts.
    • un citoyen françaisen réponse àUgo(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Ugo, Les USA et le Russie sont dans une pièce remplie de gaz, et qui va déclencher l'étincelle qui libérera un déluge de feu ? C'est l'image que je me fais en souhaitant que cela n'arrive jamais mais comme vous le dite, les peuples ont trop soufferts et le jour du jugement approche, ils devront passer devant la barre et répondre de leurs actes devant les peuples !
      Merci pour votre réponse explicite.
    • avatar
      verbeavoir
      les pères fouétards ne font plus peur à personne.
    • mic.dior
      Si cela continue ils vont recevoir une rouste comme celle qu'ils ont subi au Vietnam. Que croient-ils que la Russie va se laisser faire ? Les russes sont en force à présent dans la Méditerranée et les chinois attendent leur tour pour agir ; les US méritent d'être écrasés, ce sont des nuisibles qui font un mal énorme au Monde.En définitive les US sont des guignols.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)