International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
11616
S'abonner

Le Royaume-Uni pourrait éviter un «Brexit dur» s’il arrêtait de se conduire comme «un enfant gâté» et se rendait compte du rôle modeste qu’il joue dans la politique internationale actuelle, estime le parlementaire britannique du Parti national écossais (SNP) Paul Monaghan.

La position écossaise exprimée par son parti implique la demande aux autorités britanniques de ne pas provoquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne qui serait brutale, c'est-à-dire de maintenir la place du pays dans le cadre du marché commun européen.

Dans le même temps, un Brexit dur est très probable, compte tenu de la déclaration récente du président du Conseil européen Donald Tusk, estime le parlementaire britannique du Parti national écossais (SNP) Paul Monaghan dans une interview accordée à l'agence Rossiya Segodnya.

« Je crois que beaucoup d'autres pays européens sont fatigués de la Grande Bretagne qui se conduit comme un enfant gâté et je crois qu'ils ont le droit de l'être. Ils peuvent dire : "Vous voulez sortir de l'UE — sortez, arrêtez de freiner des quatre fers. Et une fois que vous serez sortis, nous discuterons d'accords commerciaux" », a déclaré Paul Monaghan dans les couloirs de la réunion du SNP à Glasgow.

Selon le parlementaire, le Royaume-Uni pourrait éviter le scénario d'une sortie brutale de l'UE s'il commençait à négocier de façon amicale et cessait de manifester une absence de respect envers la culture, l'économie et les intentions des autres pays.

« Le gouvernement britannique ne veut pas admettre ce que la Grande Bretagne représente en XXIe siècle, à savoir un petit État insulaire et rien d'autre. Quand ils accepteront ce fait, alors les négociations se tranquilliseront et un Brexit dur pourrait être évité, bien que je ne pense pas que ça soit une réalité », indique Paul Monaghan.

Le parlementaire estime qu'il s'agit d'une situation politique compliquée étant donné que le gouvernement britannique veut une chose, l'Écosse une autre chose et l'Union européenne et certains des pays de l'Union encore une autre. Mais ces désaccords politiques peuvent être résolus via les négociations, donc via le dialogue que le gouvernement britannique regarde avec dédain, préférant le monologue, conclut l'homme politique.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Le parlement britannique ne votera pas sur le Brexit
Un Brexit «pacifique» pour les USA?
Londres dépense 46 mds EUR pour des nouveaux sous-marins en acier français
Brexit: l'Espagne s'oppose à toute négociation entre l'UE et l'Ecosse
Tags:
marchés, Union européenne (UE), Donald Tusk, Paul Monaghan, Écosse, Royaume-Uni, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook