International
URL courte
2312
S'abonner

Les autorités russes ont plusieurs fois informé Washington des liens terroristes des frères Tsarnaïev qui ont perpétré le double attentat de Boston, en 2013. On connaît la suite…

La Russie a depuis longtemps essayé de construire avec les États-Unis un dialogue sur la coopération en matière de lutte contre le terrorisme international, a indiqué le président russe Vladimir Poutine devant des journalistes.

Cependant, le dialogue n'a pas toujours été productif. Ainsi, quelques mois avant l'attentat de Boston (une attaque terroriste survenue le lundi 15 avril 2013 à Boston, aux États-Unis, lors de la 117e édition du marathon de la ville, où deux bombes ont explosé), la Russie avait envoyé à Washington une notification écrite pour les informer que le dossier des frères Tsarnaïev, qui présentaient une menace, était analysé par les services secrets russes. Aucune réponse ne lui est parvenue.

Après le troisième avertissement, les autorités américaines ont finalement informé la partie russe qu'ils allaient se débrouiller de façon indépendante. Puis, l'attentat est survenu.

« Cela témoigne du fait qu'il ne faut pas coopérer avec les terroristes », a commenté M. Poutine.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Victime de l'attentat au marathon de Boston, elle y retourne pour courir contre la terreur
Confusions: on dit "Tchétchénie" ou "Tchéquie"?
Cet adolescent US qui "collectionne" les attentats
La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Tags:
lutte antiterroriste, attentat, terrorisme, renseignement, attentat de Boston (15 avril 2013), Djokhar Tsarnaev, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook