Ecoutez Radio Sputnik
    La ville irakienne de Mossoul

    Lancement de l'opération pour reprendre Mossoul, principal bastion de Daech en Irak

    © AFP 2019 MARWAN IBRAHIM
    International
    URL courte
    Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)
    72343

    L'opération pour reprendre au groupe djihadiste État islamique (EI) la ville de Mossoul a été lancée, a annoncé le premier ministre irakien. Dans la foulée, l'Onu a exprimé son inquiétude pour la sécurité des 1,5 million d'habitants du principal bastion de l'EI en Irak.

    « Le temps de la victoire est venu et les opérations pour libérer Mossoul ont commencé », a déclaré le premier ministre irakien Haider al-Abadi dans une allocution à la télévision officielle irakienne.

    S'adressant aux habitants de la région de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, dans le nord, M. Abadi a lancé : « Je déclare aujourd'hui le début de ces opérations victorieuses pour vous libérer de la violence et du terrorisme de Daech », acronyme arabe de l'EI.

    Le chef du gouvernement irakien n'a pas donné de précisions sur les opérations militaires lancées dans la nuit de dimanche à lundi. Elles devraient dans un premier temps se borner à encercler la ville, avant le début de violents combats de rues.

    Lourdement armés, les djihadistes, approximativement au nombre de 5 000 hommes, ont eu des années pour se préparer à cet assaut.

    Le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les affaires humanitaires et l'aide d'urgence, Stephen O'Brien, s'est dit « extrêmement préoccupé pour la sécurité des quelque 1,5 million de personnes vivant à Mossoul qui pourraient être touchées par les opérations militaires ».

    Selon lui, « les familles sont exposées à un risque extrême d'être prises entre deux feux ou prises pour cibles par des snipers ».

    Avant le début de l'opération, le président russe Vladimir Poutine a invité la coalition internationale menée par les États-Unis à faire le maximum pour éviter des victimes civiles.

    « Nous espérons que nos partenaires américains, et en l'occurrence nos partenaires français aussi, agiront avec précision et feront tout pour minimiser ou, encore mieux, exclure toute victime parmi la population civile », a dit M. Poutine lors d'une conférence de presse en marge du sommet des BRICS à Goa, en Inde.

    « Nous n'allons pas attiser l'hystérie sur ce sujet, comme le font nos partenaires occidentaux, parce que nous comprenons que nous avons besoin de combattre le terrorisme et que, pour cela, il n'y a pas d'autres moyens que les combats offensifs », a-t-il ajouté.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)

    Lire aussi:

    Une batterie d’artillerie française déployée près de la ville irakienne de Mossoul
    Mossoul: les djihadistes cousent la bouche de quatre habitants
    Daech exécute 40 personnes à Mossoul
    Tags:
    lutte antiterroriste, terrorisme, djihadisme, Etat islamique, Vladimir Poutine, Stephen O'Brien, Haïder al-Abadi, Mossoul, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik