International
URL courte
6315
S'abonner

L'Onu n'envisage pas de mettre fin à sa coopération avec son messager de la paix Leonardo DiCaprio en dépit des accusations de corruption.

L'organisation salue toujours les efforts déployés par la star hollywoodienne dans la lutte contre les changements climatiques, a déclaré le porte-parole du secrétaire général de l'Onu Stéphane Dujarric.

« Nous continuons de saluer son travail pour le bien public au nom du changement climatique », a déclaré M. Dujarric cité par les médias occidentaux.

Auparavant, l'association caritative Bruno Manser Fund, destinée aux peuples des forêts tropicales, a demandé à M. DiCaprio d'abandonner le poste de messager de la paix de l'Onu, l'accusant d'avoir accepté de l'argent détourné de la part du fonds souverain malaisien 1Malaysia Development Berhad, surnommé 1MDB. A l'origine, ce fonds devait servir l'économie malaisienne, mais plusieurs de ses dirigeants l'ont pillé pour leur confort personnel.

Pour sa part, l'acteur a à plusieurs reprises refusé d'expliquer ses liens personnels et financiers avec les principaux suspects dans l'affaire du fonds 1MDB. Selon le Wall Street Journal, le film Le Loup de Wall Street de Martin Scorcese avec DiCaprio dans le rôle principal a été tourné avec de l'argent puisé dans le fonds malaisien.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

DiCaprio a-t-il remporté une médaille d'argent à Rio?
DiCaprio s'aventure dans la jungle
Un "Oscar made in Russia" remis à DiCaprio
Point sur le Covid-19: le monde se dirige vers une grave récession économique
Tags:
réchauffement climatique, détournement de fonds, scandale, corruption, ONU, Leonardo DiCaprio, Stéphane Dujarric, Malaisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook