Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats italiens.

    L’Italie, elle aussi lutte contre la Russie

    © AFP 2019 Aref KARIMI
    International
    URL courte
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)
    57574
    S'abonner

    Lors du sommet de l’Otan à Varsovie, il a été décidé que l’Italie envoie 140 soldats à la frontière avec la Russie. Or, ce n’est que maintenant que ces informations ont été rendues publiques.

    Il ne s'agit point d'une blague. L'Italie déploiera son contingent à la frontière russe. Qui plus est, en 2018 ce pays assumera le commandent de la Force de réaction rapide de l'Otan en mer Baltique.

    La décision d'envoyer 140 hommes en Lettonie a été adoptée par Rome en juillet dernier, lors du sommet de l'Alliance à Varsovie. Or, cette information n'a été rendue publique que maintenant. Cette nouvelle ainsi que le fait que les Italiens l'ont apprise par le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg ont provoqué une série de mécontentements.

    « Cette décision a été tenue en secret pendant trois mois. Le gouvernement italien n'avait rien dit au cours des trois mois et a cédé à Jens Stoltenberg le droit de l'annoncer. (…) Différents partis de l'opposition ont raison de protester contre le gouvernement italien et comme de coutume ce dernier fait semblant que rien ne s'était produit. L'Italie n'avait-elle de fait annoncé une guerre à la Russie ? », a indiqué dans une interview à Sputnik Mirko Molteni, expert militaire et observateurs à Analisi Difesa et Libero.

    Et pourtant, l'Italie a à maintes reprises annoncé qu'elle cherchait à maintenir le dialogue avec Moscou. Or, sur le terrain rien de tel ne se produit, résume l'interlocuteur de l'agence. « Rome obéit aveuglement à l'Otan et aux Etats-Unis. Cette nouvelle est mauvaise car elle prouve que l'Italie est un pays à souveraineté partielle », explique-t-il.

    L'autre question que se pose M. Molteni concerne la raison pour laquelle le premier ministre n'a pas soumis cette question à l'examen du parlement. « Ou bien l'Italie reste un allié américain de catégorie B et doit obéir aux protocoles secrets signés dans les années 1950 ? », souligne-t-il.

    « Je pense que le gouvernement russe réalise que l'Italie est en quelque sorte contrainte d'agir de cette manière. En outre, tout le monde comprend que les relations entre l'Otan et la Russie dépendront en majeure partie de l'issue des prochaines élections aux États-Unis », a pourtant rajouté l'expert avant de conclure qu'il n'était pas un hasard si les visites des hommes politiques et des chefs d'entreprises italiens en Russie se poursuivaient.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)

    Lire aussi:

    Otan dans les pays baltes: «Un moyen d’offensive si nécessaire»
    Sommet de l'Otan à Varsovie: Obama pour l'Ukraine, des bataillons pour les pays Baltes
    L'Otan s'apprête à déployer 4.000 militaires dans les pays baltes
    Tags:
    frontière, soldats, sommet de l'Otan à Varsovie (2016), OTAN, Jens Stoltenberg, Russie, mer Baltique, Lettonie, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik