International
URL courte
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)
4183
S'abonner

La diplomatie britannique est prête à tout pour réduire les flux migratoires, quitte à limiter le nombre d’étudiants venus d’Europe.

Le gouvernement britannique prépare une série de restrictions visant à réduire le nombre d'étudiants étrangers dans le pays. Les autorités espèrent ainsi maîtriser les flux migratoires, selon universityworldnews.com.

« Nous songeons à contrôler sur le long terme les processus migratoires en réduisant le nombre d'étudiants européens, et dans une perspective à court terme, à réformer le processus d'inscription dans les universités. Nous réfléchissons en outre à la façon d'aider nos concitoyens qui subissent une forte influence de l'immigration, mais aussi à arrêter l'entrée dans le pays de personnes qui menacent notre sécurité », a déclaré la ministre de l'Intérieur Amber Rudd.

Cependant, les étudiants étrangers représentent un important carburant pour l'économie britannique, font remarquer des spécialistes. Après avoir terminé une école supérieure, ces derniers constituent une main-d'œuvre qualifiée.

Les étudiants étrangers ont rapporté 7 millions de livres à l'économie britannique et permis de créer 137 000 emplois à travers le pays.

Selon des sondages, la société perçoit les étudiants étrangers comme des hôtes précieux. Après avoir terminé leurs études, ils rentrent généralement chez eux.

A l'heure actuelle, les étudiants étrangers représentent 167 000 des 600 000 migrants qui se rendent annuellement en Grande-Bretagne.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)

Lire aussi:

La langue anglaise sous la menace des migrants
Volontaires et réfugiés à Calais: et si c'était de l'amour?
Face à la paresse de ses habitants, la Nouvelle-Zélande accueille des migrants
Le Brexit priverait 600.000 citoyens de l’UE de permis de séjour au Royaume-Uni
Tags:
étudiants, crise migratoire, migrants, Amber Rudd, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook