Ecoutez Radio Sputnik
    Mali: «c'est un problème de mouvements» émergés après l'assassinat de Kadhafi

    Mali: «c'est un problème de mouvements» émergés après l'assassinat de Kadhafi

    © AFP 2019 SÉBASTIEN RIEUSSEC
    International
    URL courte
    16218
    S'abonner

    Il y a cinq ans, Mouammar Kadhafi a été assassiné. Dès lors, le chaos perdure non seulement en Libye, mais aussi en dehors, comme au Mali. Le Mali, où la France est toujours militairement engagée dans le cadre de l'opération Barkhane, un engagement que Manuel Valls a assuré vouloir maintenir «tant que la menace djihadiste continuera de peser».

    En janvier 2013, François Hollande a lancé l'opération Serval pour contrer l'avancée sur Bamako des djihadistes d'al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO).

    Si à l'époque les médias faisaient le lien entre l'effondrement du régime de Kadhafi et l'arsenal des djihadistes qui provenaient des réserves de l'ancien dirigeant libyen, Dominique Trinquand, général de brigade à la retraite, relativise, dans un entretien à Sputnik, quant au fait que la responsabilité du chaos au nord-Mali ne revienne qu'aux seuls armements.

    « Ce n'est pas un problème d'armes, c'est un problème de mouvements. Les armes circulent — il ne s'agit pas d'armes sophistiquées, il s'agit de kalachnikov et de mitrailleuses, rarement d'autres chose et de missiles. Alors les identifier comme venant de Mouammar Kadhafi me parait un peu exagéré. Il est certain que le sud de la Libye est devenu un vide que les djihadistes ont infiltré », a affirmé le Gal  Trinquand.

    Si la France lutte activement contre les djihadistes au Mali et dans les pays de la bande sahélo-saharienne via l'opération Barkhane, qu'en est-il de ceux qui sévissent et se développent en Syrie?

    Pour le général Dominique Trinquand, la Syrie est aussi déstabilisée par ce flot dit des « Printemps arabes », mais, dans le même temps, la Syrie est un tout autre théâtre d'opérations.

    « En Syrie, le problème est totalement différent. On change de stratégie. Je rappelle que la France n'est quasiment pas présentée en Syrie et donc la lutte contre le terrorisme en Syrie est extrêmement compliquée. La France participe à des frappes en Syrie, mais depuis que l'ambassade de France est fermée, les liens de renseignements et de communication ont été coupés, ce qui fait l'objet de beaucoup de critiques en interne en France », a fait valoir le général.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Mali: la société civile se mobilise pour un partenariat solide avec la Russie
    Mali: un Casque bleu chinois et trois civils tués dans une attaque contre l'ONU
    L'Elysée annonce la mort de deux soldats français au Mali
    Cinq ans sans Kadhafi. «Non une révolution, mais une catastrophe du peuple libyen»
    Tags:
    Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Dominique Trinquand, Mali, Libye, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik