Ecoutez Radio Sputnik
    Et voici un navire russe censé briser le câble Internet sous-terrain près de la Syrie!

    Et voici un navire russe censé briser le câble Internet sous-terrain près de la Syrie!

    © Sputnik . Igor Zarembo
    International
    URL courte
    Par
    4811314
    S'abonner

    Aussitôt que le navire océanographique russe Yantar a été aperçu dans les eaux méditerranéennes entre Chypre et la Syrie, la presse occidentale s'est mise à grésiller: mais regardez, la Main du Kremlin entend attaquer le câble Internet implanté au fond de la Méditerranée!

    Le vaisseau océanographique russe Yantar (« ambre » en français) a été soupçonné d'assumer non ses fonctions directes, mais de se consacrer à une mission plus sophistiquée consistant à… « manipuler » le câble Internet reliant Chypre à la Syrie. Un peu vague l'accusation, vous ne trouvez pas, messieurs les complotistes? Du coup, préciser en quoi constitue le délit, c'est déjà du passé, cela semble être la devise du site Mortherboard, ainsi que des blogueurs qui ont repris cette théorie fumeuse.

    Mi-octobre, ils ont remarqué que le navire océanographique russe, doté de deux bathyscaphes, se trouvait près du câble Internet sous-terrain UGARIT menant vers le port syrien de Tartous. Et voilà toute une hypothèse se forme autour de ce seul fait: selon eux, il s'avère que l'emplacement du vaisseau russe n'est pas anodin et qu'il aspire bien sûr à attaquer le câble.

    Le navire océanographique russe Yantar
    © Sputnik . Igor Yarembo
    Le navire océanographique russe Yantar

    Mais comment l'attaquer? Apparemment à l'aide de ses pinces et de plongeurs ayant suivi un entraînement spécial — ici on peut laisser libre court à son imagination car les auteurs de la théorie n'avaient pas le courage d'inventer les détails (complot niveau professionnel!).

    Puis, le funeste navire est apparu non loin des câbles de Turquie et du Liban. Finalement, les journalistes du site ont tout de même levé le petit doigt pour trouver quelques preuves illusoires pour leur théorie infondée. Ils ont contacté l'entreprise américaine Dyn, chargée du Web monitoring, et ses représentants ont confirmé que des coupures d'Internet avaient vraiment eu lieu en Syrie ces dernières semaines. Coup réussi! Selon Motherboard, une telle déclaration suffit pour étayer leur hypothèse.

    Ironiquement, ils n'ont pas été les seuls à vérifier le fonctionnement d'Internet en Syrie. La plateforme The Register a posé la même question à la société Akamai qui a constaté que le trafic Internet fonctionnait normalement et qu'aucun signe d'ingérence extérieure n'avait été détecté.

    Êtes-vous prêts à un argument de poids sur l'ingérence russe dans le fonctionnement de l'Internet syrien? La base militaire russe où le ravitaillement des véhicules a lieu se trouve à Tartous, là où mène le câble sous-marin. Donc, à quoi bon se plonger dans les profondeurs pour couper le câble (ce qui coûtera d'ailleurs la vie à plusieurs personnes en mission aux alentours à cause d'un choc électrique, mais les complotistes n'attachent pas d'attention à ces petits effets collatéraux), pourquoi le faire si l'on dispose de très bonnes chances de le réaliser sur terre?

    Mais les auteurs de la théorie ne trouvent même pas la question digne d'être posée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Londres et l'Otan se hâtent de «dissuader» les navires russes partis pour la Méditerranée
    "Poutine, arrête!": le Pentagone accuse un navire russe de manœuvres dangereuses
    Syrie: des journalistes étrangers admis à bord d'un navire russe
    Nouveaux navires de guerre russes: compacts, économes, efficaces
    Tags:
    La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, reconnaissance, complot, navires, Internet, Tartous, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik