International
URL courte
Frappe belge contre le village d'Hassadjek (5)
32031
S'abonner

Malgré les preuves de l'implication de F-16 belges dans le bombardement du village d'Hassadjek fournies par le ministère russe de la Défense, les autorités belges nient en bloc.

Bruxelles dément l'implication de ses F-16 dans le bombardement du village d'Hassadjek dans la région d'Alep. Toutefois, le ministère belge de la Défense a confirmé avoir reçu les documents russes qui prouvent que les avions belges se trouvaient dans cette zone au moment du bombardement.

La frappe est survenue mardi dans une région où opéraient les avions de la coopération. Six personnes ont été tuées et quatre autres blessées.

Le ministère belge de la Défense a confirmé que les documents reçus contiennent les numéros des avions des forces armées du pays qui participaient à l'attaque. Il a également précisé que les documents reçus comprenaient « une carte avec un itinéraire de vol ».

« Les numéros IFF (identification ami ou ennemi) qui se trouvent sur la carte et qui, selon le ministère de la Défense Russe, sont octroyés à des avions belges, ne sont pas corrects et ne sont aucunement des numéros d'avions de la force aérienne belge. Dès lors, le ministère de la Défense de la Fédération Russe prouve, par ses propres dires, que les accusations sont non fondées », lit-on dans un communiqué du ministère.
Le ministre de la Défense du pays a insisté sur la non-implication des F-16 belges et attend également que « ces accusations non-fondées soient formellement retirées ».

Auparavant, le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a déclaré que les données radar russes et syriennes confirmaient la frappe belge contre le village d'Hassadjek.

« La Russie dispose de moyens efficaces de défense aérienne permettant d'effectuer le contrôle de l'espace aérien au-dessus de presque tout le territoire syrien 24 heures sur 24. Outre nous, le contrôle de l'espace aérien est réalisé par des systèmes de défense aérienne syriens, restaurés l'année dernière », a-t-il affirmé.

Les deux chasseurs belges F-16 qui ont porté une frappe contre le village syrien, ont décollé depuis un aérodrome en Jordanie et se sont ravitaillés deux fois en vol à l'aide d'un avion-ravitailleur américain.

Les chasseurs belges se sont ravitaillés en vol à 2h52 au-dessus de Deir ez-Zor grâce à l'avion-ravitailleur américain KS-135 pour ensuite reprendre leur trajet dans la direction du nord-ouest. A 4h19, les chasseurs se sont ravitaillés pour la deuxième fois.

Soit le ministre belge de la Défense Steven Vandeput induit le public en erreur délibérément, soit le ministère belge de la Défense avec les États-Unis mentent aux autorités du pays, a pointé M. Konachenkov, commentant la déclaration du ministre belge réfutant les accusations d'avoir frappé le village d'Hassadjek et fait des victimes parmi les civils.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Frappe belge contre le village d'Hassadjek (5)

Lire aussi:

Moscou fustige l’«oubli» du secrétaire général de l’Onu au sujet d’Alep
Lavrov constate qu’«al-Nosra empêche l’évacuation des civils à Alep»
Des rebelles tirent sur les couloirs humanitaires à Alep, 3 militaires russes blessés
La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Tags:
implication, frappe aérienne, bombardements, F-16 Fighting Falcon, ministère belge de la Défense, ministère russe de la Défense, Steven Vandeput, Igor Konachenkov, Hassadjek, Syrie, Belgique, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook