Ecoutez Radio Sputnik
    Abdul Kader al-Zuebi

    «Je préfère rentrer à Alep que rester dans ce "misérable" Royaume-Uni»

    © capture d'écran: YouTube
    International
    URL courte
    61548
    S'abonner

    Les histoires sur les horreurs de la vie de la population syrienne inondent la presse. Or, voici le témoignage d’un réfugié qui contraste fortement avec ce que nous avons l’habitude de lire dans la presse.

    Chacun a son enfer. Ce médecin syrien assure qu'il préfère rentrer à Alep que rester dans une auberge au sud de Londres ou dans un « endroit misérable » à Cardiff.

    Arrivé au Royaume-Uni il y a moins de deux semaines, Abdul Kader al-Zuebi, 28 ans, affirme que les retards du Bureau de l'Intérieur (Home Office) compliquent son séjour dans son pays d'accueil, le privant de l'opportunité de trouver un emploi ou une maison, écrit The Telegraph.

    Abdul Kader, qui se dit être titulaire d'un passeport allemand, précise qu'à son arrivé au Royaume-Uni, où il avait demandé l'asile, son passeport lui a été retiré et que depuis lors il est obligé de rester dans des hôtels sans pouvoir se rendre où que ce soit.

    « Depuis l'aéroport, ils (les employés du Home Office, ndlr) m'ont emmené dans une auberge à Dulwich, quatre jours plus tard j'ai été placé dans un endroit misérable à Cardiff. Je vis dans des hôtels depuis 11 jours. Je ne peux me rendre nulle part, on ne me l'autorise pas. Ils disent ne pas savoir où est mon passeport », indique Abdul Kader qui a trois proches au Royaume-Uni et une fiancée britannique.

    Osama Abdul Mohsen avec s fils dans les mains, le 16 septembre
    © REUTERS / Andrea Comas
    Le jeune homme assure que lui qui gagnait par le passé 6 000 livres sterling est aujourd'hui obligé de dormir dans de « mauvais » lits et manger de la nourriture ordinaire.

    Ne pouvant plus supporter ces auberges, il a dû vendre sa Rolex à 3 000 livres sterling pour descendre dans des hôtels cinq étoiles.

    « Je veux pouvoir travailler. Je leur ai dit que je voulais être expulsé », explique le médecin. Or, son expulsion lui a été refusée.

    Résolu de contraindre les autorités à le renvoyer en Syrie, Abdul Kader a promis de dormir devant le Home Office à Croydon jusqu'à ce qu'on l'expulse, mais peu de temps après, il a été arrêté pour trouble à l'ordre public.

    Il s'est vu traîné à l'extérieur du bâtiment administratif par six officiers jeudi après-midi.

    the human rights in UK 6 cops to arrest me

    Publié par AbdulKader Majed Al-Zuebi sur vendredi 21 octobre 2016

    Le porte-parole de Scotland Yard a confirmé qu'un homme avait été interpellé pour avoir troublé l'ordre public à Lunar House, qu'il avait été placé en détention provisoire et que l'enquête était en cours.

    Pour sa part, le Home Office s'est refusé à commenter les cas isolés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Ces réfugiés qui passent leurs vacances dans les pays qu’ils ont quittés
    Des migrants refusent leur logement parce qu'ils ne l'aiment pas
    Tags:
    déportation, hôtel, réfugiés syriens, police, Londres, Alep, Royaume-Uni, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik