International
URL courte
Situation en Syrie (automne 2016) (217)
72141
S'abonner

L’appel du chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault à frapper de sanctions les responsables d'attaques chimiques en Syrie fait suite à la reconnaissance par l’Onu de Damas comme coupable d’une autre attaque chimique.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a proposé samedi au Conseil de sécurité de l'Onu de condamner l'emploi d'armes chimiques en Syrie et a appelé à introduire des sanctions contre les responsables de telles attaques.

« Je souhaite […] une condamnation claire de ces crimes dans le cadre d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies […] plaçant sous sanctions leurs auteurs", a déclaré le chef de la diplomatie française.

Plus tôt, il avait été annoncé qu'une enquête conjointe de l'Onu et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avait reconnu Damas responsable d'une autre attaque chimique en Syrie. Les autorités syriennes auraient eu recours à des gaz toxiques dans la province d'Idleb le 16 mars 2015.

En outre, le rapport assure que l'aviation syrienne a eu recours à des hélicoptères pour larguer des barils contenant du gaz toxique.

Antérieurement, l'Onu et l'OIAC avaient désigné les autorités syriennes comme responsables de deux des neufs attaques chimiques examinées. Une attaque a été imputée à l'organisation terroriste Daech. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a alors qualifié le rapport d'utile et a précisé que Moscou était ouvert à toute contribution dans l'enquête. Pour sa part, le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu Vitali Tchourkine a estimé que le rapport suscitait beaucoup de questions et qu'il n'était pas suffisant pour l'introduction des sanctions du Conseil de sécurité de l'Onu contre Damas. 

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Situation en Syrie (automne 2016) (217)

Lire aussi:

Daech utilise des armes chimiques au nord d’Alep
Croisade anti-armes chimiques? Non, c'est Assad et Poutine qui sont visés
Expert français: ce n'est pas Assad qui a tiré des armes chimiques sur la Ghouta
Armes chimiques: des faits truqués pour mettre Damas en cause
Tags:
accusations, sanctions, armes chimiques, Etat islamique, ONU, OIAC, Sergueï Lavrov, Vitali Tchourkine, Jean-Marc Ayrault, France, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook