Ecoutez Radio Sputnik
    Extradition de Lauri Love: «Je crains pour ma vie», confie le hacker britannique à Sputnik

    Extradition de Lauri Love: «Je crains pour ma vie», confie le hacker britannique

    © AFP 2019 Justin Tallis
    International
    URL courte
    10813
    S'abonner

    Plus de 100 députés ont signé une lettre appelant le président Obama à abandonner sa demande d'extradition contre un Britannique accusé d’avoir piraté des ordinateurs du gouvernement américain.

    Lauri Love est menacé d'extradition et risque jusqu'à 99 ans de prison aux États-Unis après avoir été été accusé de piratage de l'Agence de défense antimissile des États-Unis, de la Réserve fédérale et de la NASA.

    Cette lettre qui exprime « une profonde préoccupation pour la sécurité » de Love a été signée par 105 députés dirigés par David Burrowes, un homme politique britannique.

    Selon la lettre, Love a « une longue histoire faite de graves problèmes de santé mentale, de dépression et de quelques épisodes de psychose. »
    Certains craignent pour sa vie s'il est emprisonné aux États-Unis.

    Selon les députés, il serait plus approprié que M. Love soit jugé au Royaume-Uni où au moins 12 personnes ont été poursuivies pour avoir commis de tels crimes.

    « Nous voudrions demander pourquoi les Etats-Unis insistent sur l'extradition de M. Love alors que le Royaume-Uni a des preuves que d'autres individus ont déjà commis des infraction de piratage contre les États-Unis, » lit-on dans la lettre.

    Un juge de la Cour suprême de Westminster le mois dernier a statué contre M. Love et il doit maintenant faire appel et porter l'affaire devant la Haute cour. Le cas de M. Love a une ressemblance frappante avec celui de Gary McKinnon, qui a également été accusé de piratage des ordinateurs du gouvernement américain et a combattu contre son extradition pendant une décennie. La loi a été modifiée suite à cette affaire afin de fournir une garantie, mais M. Love a dit Sputnik qu'au contraire, cela a aggravé la situation pour les accusés.

    Le cas de M. Love a été repris par la Fondation Courage, qui soutient les personnes qui risquent leur liberté en faisant des tentatives pour rendre l'information publique. Il dit que, malgré l'accent sur la souveraineté en Grande-Bretagne, après le vote du Brexit, le pays reste "subordonné" à l'Amérique :

    « Notre appartenance subordonnée à l'Amérique nous a causé beaucoup de problèmes et nous vivons toujours dans l'ombre des conséquences de la guerre contre le terrorisme en termes de handicap », a dit M. Love.

    « Si nous nous intéressons tout à coup à la souveraineté et à la fierté de nos institutions, nous devrions avoir assez de fierté pour notre système de justice. Si quelqu'un viole la loi dans ce pays, ils devrait être poursuivi en vertu des lois du pays où ils vit et non pas des lois du pays qu'il n'a jamais visité », a-t-il ajouté.

    M. Love dit qu'il craint pour sa vie s'il est condamné et emprisonné aux États-Unis :

    « Aux Etats-Unis, vous pouvez être placé dans un cachot disciplinaire dans une blouse de suicide et un autre prisonnier vous regardera jusqu'à ce que vous n'avez pas de risque aigu de suicide », dit-il. « Vous serez alors jeté de nouveau avec les autres détenus et c'est là que les gens se suicident. Pour moi, c'est une question de justice et le fait de savoir si c'est juste que quelqu'un soit mis dans une position où ils craint pour sa vie », conclut-il.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un hacker américain demande l’asile à la Russie
    La chasse au hacker russe, bon moyen de détourner le public du contenu des documents
    Piratage des démocrates US: "Non, je ne suis pas un hacker russe!"
    Hacker le portable d'un député US est plus facile que jamais
    Tags:
    Lauri Love, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik