Ecoutez Radio Sputnik
    Clinton devait présenter Trump comme une menace pour les USA

    Clinton devait présenter Trump comme une menace pour les USA

    © AFP 2019 Robyn Beck
    International
    URL courte
    Scandale des emails d'Hillary Clinton (35)
    21314
    S'abonner

    WikiLeaks continue de tirer au clair les méthodes les plus cyniques de l’équipe d’Hillary Clinton.

    L'équipe de la candidate démocrate conseillait à sa patronne de diaboliser son rival direct Donald Trump en tant que personnalité constituant une menace pour les États-Unis, stipulent les courriels publiés par WikiLeaks.

    « Je crois que la puissance des frappes d'Hillary Clinton sur Trump consiste à le montrer comme un personnage dangereux pour tout le pays », a proposé  la porte-parole de la candidate Jennifer Palmieri dans un email à sa collègue Megan Rooney à propos du discours de Mme Clinton lors d'un dîner du Parti démocrate dans l'Ohio.

    Le 25 octobre, WikiLeaks a rendu publique la 18e série de courriels piratés de John Podesta, directeur de la campagne d'Hillary Clinton. Aujourd'hui, plus de 31 000 emails de l'équipe du Parti démocrate ont été publiés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Scandale des emails d'Hillary Clinton (35)

    Lire aussi:

    WikiLeaks publie le 18e lot des emails du directeur de campagne d'Hillary Clinton
    WikiLeaks publie des pièces jointes aux courriels de John Podesta
    Le camp Clinton a planifié depuis un an les attaques sur Trump
    Tags:
    email, rival, porte-parole, courriels piratés, candidats, Parti démocrate des Etats-Unis, WikiLeaks, Jennifer Palmieri, John Podesta, Donald Trump, Hillary Clinton, Megan Rooney, Ohio, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik