International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
23312
S'abonner

Des enregistrements sonores d'un entretien privé entre la première ministre britannique et des employés de Goldman Sachs, datant d'un mois avant le référendum sur le Brexit, jettent une lumière crue sur ses inquiétudes liées aux répercussions d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'UE.

Les enregistrements de conversations privées entre Theresa May et des salariés de la banque Goldman Sachs datant du 26 mai 2016, que le journal The Guardian s'est procuré, témoigne des tergiversations de la première ministre britannique — désormais partisane intransigeante d'un « Brexit dur » ˗ quant à la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Ce jour-là, Theresa May a notamment indiqué que les entreprises risquaient de quitter le Royaume-Uni en cas de victoire du camp du « oui » au Brexit, tout en défendant les avantages économiques d'un maintien dans l'UE.

« Je pense que les arguments économiques sont clairs. Je pense que faire partie d'un bloc commercial de 500 millions de personnes est important pour nous », a-t-elle relevé en guise de préambule.

Et de souligner : « Je pense que le problème est que beaucoup de gens investissent au Royaume-Uni parce que le Royaume-Uni est en Europe. (…) Si nous n'étions pas en Europe, je pense que les firmes et les entreprises se demanderaient s'ils ont besoin de développer une présence en Europe plutôt ou au Royaume-Uni. »

Selon elle, la sécurité du pays est « davantage garantie s'il reste dans l'UE », grâce à des outils comme le mandat d'arrêt européen, ou le partage d'informations entre la police et les services de renseignement : « Il y a définitivement des choses que nous pouvons faire en tant que membre de l'Union européenne et qui nous mettent en sécurité. »

Jeudi dernier, le président français François Hollande a averti Mme May qu'elle devait s'attendre à une « négociation dure » si elle insistait sur un Brexit « dur », quatre mois après le référendum du 23 juin qui a vu 52 % des Britanniques se prononcer pour une sortie de leur pays de l'UE.

Theresa May avait provoqué des froncements de sourcils auprès des 27 en insistant sur l'idée d'appliquer un contrôle de l'immigration des citoyens de l'UE, s'orientant ainsi vers un Brexit « dur », sans concession.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Appréhendant le Brexit, les grandes banques prêtes à quitter le Royaume-Uni dès 2017
Theresa May: Brexit signifie Brexit
Pas avant le Brexit! L’UE rappelle Londres à l’ordre
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Tags:
révélations, Theresa May, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik