Ecoutez Radio Sputnik
    Six millions de personnes privées de vote à la présidentielle US

    Six millions de personnes privées de vote à la présidentielle US

    © AFP 2019 Jewel Samad
    International
    URL courte
    9129
    S'abonner

    Environ 6 millions de personnes seront privées de possibilité de voter, s’alarme l'OSCE, qui veille au bon déroulement du scrutin.

    À moins de deux semaines des élections présidentielles aux États-Unis, la mission d'observation de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) tire la sonnette d'alarme : 3,2 millions de personnes placées en garde à vue ainsi que 2,6 millions de citoyens ayant déjà purgé leur peine ne pourront pas participer aux élections.

    « Jusqu'à six millions d'Américains sont exclus du processus électoral », a annoncé Michael Georg Link, directeur du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme de l'OSCE, cité par le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

    Jürgen Klinke, observateur allemand de l'OSCE, exprime lui aussi des « préoccupations concernant la procédure électorale » américaine. En raison du décalage horaire, les résultats du vote dans certains États seront connus avant la fermeture des bureaux dans d'autres, a-t-il indiqué dans une interview accordée au journal Bild. Un fait capable, selon lui, d'influencer le choix des électeurs.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Trump fustige les ratés de l’opération de Mossoul
    Non, Obama ne quittera pas les USA si Trump l'emporte
    Clinton devait présenter Trump comme une menace pour les USA
    Tags:
    élection présidentielle, élections, OSCE, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik