Ecoutez Radio Sputnik
    La manifestation contre le CETA

    «Le CETA se mêle aux activités des instituts démocratiques de l’UE et du Canada»

    © REUTERS / Yves Herman
    International
    URL courte
    Accord de libre-échange entre l'UE et le Canada (CETA) (37)
    8177
    S'abonner

    Ce vendredi, le parlement de la région belge de Wallonie a finalement donné son feu vert à la signature par la Belgique de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA).

    Il ne faut pas avancer l'état des choses avec la signature potentielle de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA), tel est le message du membre du groupe Die Linke au Bundestag et expert en politique internationale Andrej Hunko qui donne son point de vue sur le CETA dans une interview accordée à Sputnik.

    « La position de la Wallonie était plus que claire. Elle a émis des demandes précises et les a annoncées il y a déjà un an, en particulier, à la Commission européenne. Le problème, d'ailleurs, c'est que ces demandes étaient ignorées », indique l'homme politique.

    Selon l'expert, l'idée était qu'une région d'une aussi petite taille que la Wallonie cède. Bien qu'actuellement, le parlement wallon ait donné son feu vert à la signature du CETA par la Belgique, l'aventure ne semble pas être finie. Mais qu'en pense Andrej Hunko ?

    « Je suis contre cet accord, parce que c'est une nouvelle forme d'accord de commerce qui se mêle très sérieusement aux activités des instituts démocratiques de l'UE et du Canada, par exemple, via la levée de soi-disant moyens non-tarifaires du règlement des activités économiques extérieures », explique l'homme politique.

    Sondage

    Les Belges sont désormais prêts à signer le CETA, traité de libre-échange entre l’UE et le Canada. Chers lecteurs, pourquoi la Belgique a-t-elle cédé à votre avis?
    • Elle a compris l’utilité du CETA pour l’économie européenne.
      1.9% (22)
    • Elle a plié face à l’ultimatum de l’UE.
      47.7% (541)
    • Les exigences de la Belgique seront prises en compte.
      6.4% (73)
    • On a promis de l’argent au pays.
      14.4% (163)
    • Le pays redoute des sanctions de l’UE.
      29.6% (336)

    Le commerce international ne doit pas être rejeté, quant au CETA, le problème se cache dans plusieurs éléments inacceptables qui le composent, indique Andrej Hunko qui ajoute que selon lui, il faudrait relancer les négociations depuis le début.

    Par ailleurs, le député déclare que les médias ont commencé, à un moment précis, à présenter le CETA comme un accord extrêmement progressif qui n'est désapprouvé que par les Wallons têtus. Ainsi, selon l'homme politique, il s'agissait de passer sous silence le fait que la position de la Wallonie exprimait une critique qui était partagée par les millions de personnes et par la majorité des gens dans beaucoup de pays, en particulier, en Allemagne.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Accord de libre-échange entre l'UE et le Canada (CETA) (37)

    Lire aussi:

    Volte-face belge: «La puissance de l’argent et la force du commerce»
    L’UE fixe un ultimatum aux Wallons pour prendre une décision sur le Ceta
    Des milliers de citoyens manifestent contre le Ceta à Amsterdam
    Victime de pirates, le chef de la diplomatie belge insulte le Canada sur Twitter
    Tags:
    CETA/AECG, accord, négociations, Union européenne (UE), Wallonie, Canada, Europe, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik