International
URL courte
Situation à Alep (2016) (180)
14327
S'abonner

Les terroristes à Alep ne montrent aucun signe de désescalade des attaques sur les zones résidentielles et sur les corridors humanitaires. Seulement 12 personnes ont réussi à fuir de la zone contrôlée par des djihadistes pendant la nuit, après avoir payé un dessous-de-table d'environ 300 dollars (270 euros).

Dans la ville syrienne d'Alep, les terroristes ont évalué le prix de la liberté pour les civils à environ 300 dollars par personne, un chiffre astronomique pour les habitants, sous le joug des terroristes depuis deux ans.

Commentant la situation autour de la pause humanitaire établie le 20 octobre pour assurer l'évacuation des civils via six voies spéciales, le ministère russe de la Défense a noté que samedi soir seulement 12 Syriens avaient réussi à fuir l'est d'Alep.

Le ministère a noté que les terroristes continuaient de bombarder intensivement les zones résidentielles et les corridors humanitaires.

« Hier soir, 12 Syriens ont réussi à fuir dans des quartiers sûrs à travers l'un des couloirs, Al-Macharqua », a déclaré le porte-parole officiel du ministère Igor Konachenkov le 30 octobre.

« Selon les réfugiés, cela (la fuite) est devenu possible après avoir payé un pot-de-vin à l'un des commandants de 150 000 livres syriennes (environ 300 dollars, ou 270 euros) pour chaque personne. Afin d'amasser 1,8 million de livres syriennes, les trois familles ont dû vendre tous leurs biens », a ajouté M. Konachenkov.

La pause humanitaire est la seule bouée de sauvetage pour les civils dans l'est d'Alep, tandis que les forces aérospatiales russes et l'armée de l'air syrienne continuent de respecter le régime de la zone d'exclusion aérienne de 10 km autour de la ville.

« Les avions russes et syriens n'ont effectué aucun vol au-dessus de la ville d'Alep depuis déjà 13 jours. En comparaison, la coalition internationale menée par les USA a effectué neuf frappes aériennes pendant la dernière journée sur les quartiers résidentiels de la ville irakienne de Mossoul, dont la population totale est estimée à un million d'habitants », a fait savoir le porte-parole russe.

Plus tôt, la Russie avait accusé les États-Unis d'avoir bombardé des zones civiles très peuplées à Mossoul, y compris deux écoles. Samedi, le Pentagone a promis de considérer l'information fournie par l'Etat-major général russe sur le bombardement présumé d'une école irakienne par l'aviation américaine dans le village de Tel Keppe le 24 octobre.

La Russie soutient l'armée syrienne dans sa lutte contre les terroristes du Front Fatah al-Sham (le Front al-Nosra) dans l'est d'Alep, qui est devenu le bastion des terroristes en Syrie. Cependant, l'Occident a accusé Moscou et Damas d'être responsables des victimes civiles et de la souffrance dans la région, sans tenir compte, apparemment, des atrocités causées par les djihadistes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Situation à Alep (2016) (180)

Lire aussi:

Plus d’avions russes dans le ciel d’Alep bombardée par les terroristes
Percée inespérée: témoignage d’une famille ayant réussi à fuir l’est d’Alep
Les extrémistes ont recours à des armes chimiques à Alep
Russes à Alep, Américains à Mossoul: «La différence de traitement est injuste»
Tags:
pause humanitaire, couloir humanitaire, pot de vin, terrorisme, Front al-Nosra, Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), Alep, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook