International
URL courte
32652
S'abonner

Yui Kimiya, un membre japonais de la dernière expédition de la Station spatiale internationale, raconte à Sputnik comment l’espace a changé sa vision du monde. Et de la Russie...

Le 30 octobre, l'équipage de la Station spatiale internationale (ISS) est rentré avec succès. Au terme de 115 jours passés à bord de l'ISS, Anatoli Ivanichine (Russie), Takuya Onishi (Japon) et Kathleen Rubins (États-Unis) ont achevé leur mission et ont regagné la Terre.

Yui Kimiya est originaire d'un petit village, Kawamura, de la préfecture de Nagano. 600 habitants de son village natal se sont réunis pour regarder en ligne tous ensemble le lancement de la fusée Soyouz avec M. Kimiya à bord du vaisseau spatial. Après cette Yui-san, est devenue une fierté nationale, le cinquième astronaute japonais, qui est arrivé à l'ISS pour une longue période.

Montoya (au centre) avec des représentants de Roscosmos dans le Centre de Iouri Gagarine
© Photo / cortesía del autor, Vinicio Montoya
M. Yui a déploré que les Russes perçoivent ces cosmonautes différemment. Cependant, il a admis qu'il aimait le caractère russe : la passion pour la vérité, l'esprit philosophique profond et l'érudition.

Selon lui, en Russie, les enfants passent des examens plus difficiles qu'au Japon, et lisent plus. Par exemple, quand l'astronaute a vécu à la Cité des étoiles, les étudiants russes lui ont dit qu'il était nécessaire de savoir de quelle couleur est l'air et pourquoi.

« Moi-même, je n'aurais pas pu répondre, mais en même temps, les Russes ne sont pas fiers du passé de leur pays. Peu de gens savent quelles bonnes technologies le pays possède. Par exemple, Soyouz est une fusée puissante et belle, mais aussi très fiable. Je crois qu'elle ressemble à la Russie, elle est aussi belle, forte et solide que les Russes eux-mêmes : très intelligents et fiables », a raconté M. Yui.

L'interview avec le spationaute japonais Kimia Yui à l'agence Sputnik à Moscou
© Sputnik . Сергей Пятаков
L'interview avec le spationaute japonais Kimia Yui à l'agence Sputnik à Moscou

Yui Kimya écrit sur son microblog des choses qui, à son avis, changent l'attitude des Japonais envers la Russie en mieux, une sorte d'anti-propagande. Pour lui, c'est une mission de médiation entre les deux pays.

« Avant de devenir astronaute, j'étais pilote d'essai dans l'armée de l'air japonaise. Je n'ai entendu sur la Russie que des choses négatives et je ne connaissais qu'une seule phrase en russe : "Ne vous approchez pas". Mais quand je suis arrivé ici, j'ai vu que tout était différent. À vrai dire j'en ai toujours honte », a admis le spationaute japonais.

Le programme de l'expédition de cinq mois et demi a été intense. Yui Kimiya, lui-même, a travaillé sur la création de cristaux de protéines, mission destinée à aider à comprendre les mécanismes des maladies et à créer des médicaments plus efficaces. L'équipage a également cultivé des champignons pour Mars et de la laitue romaine rouge qu'il a immédiatement goûtée.

L'interview avec le spationaute japonais Kimia Yui à l'agence Sputnik à Moscou
© Sputnik . Сергей Пятаков
L'interview avec le spationaute japonais Kimia Yui à l'agence Sputnik à Moscou

La vie à la station a changé l'attitude à l'égard des ressources naturelles, a reconnu Yui-san.

« Avant l'expédition, je pensais qu'il y avait plein d'air sur notre planète et je prenais la pollution à la légère. Mais par le hublot du vaisseau spatial j'ai aperçu non seulement la beauté de la Terre, mais aussi que notre atmosphère est mince, et comme il est facile de la ruiner. Quand je suis revenu, j'ai abandonné ma voiture », a partagé Yui Kimya.

En outre, un système d'économie d'énergie spéciale à la station a montré que les conditions de vie et le bonheur ne sont pas toujours interdépendants.

« Oui, il n'y avait pas de douche, seulement 250 ml d'eau par semaine pour se laver. Une paire de pantalons par mois. Pas d'alcool. Mais j'ai réalisé que nous avons besoin de bien peu pour être heureux », a-t-il ajouté.

Lors de l'expédition, les spationautes se sont amusés et ont beaucoup parlé. Ils ont aussi rigolé et regardé des comédies le dimanche, discuté de politique, envoyé des photos du cosmos sur leurs micro-blogs et ont répondu à leurs fans.

Le membre de l'équipage du vaisseau spatial habité «Soyouz TMA-17M» de l'expédition 44/45 de la Station internationale spatiale, l’astronaute Yui Kimia lors de la vérification des scaphandres avant le lancement, au cosmodrome « Baïkonour »
© Sputnik . Виталий Белоусов
Le membre de l'équipage du vaisseau spatial habité «Soyouz TMA-17M» de l'expédition 44/45 de la Station internationale spatiale, l’astronaute Yui Kimia lors de la vérification des scaphandres avant le lancement, au cosmodrome « Baïkonour »

En juillet 2015, quand l'expédition 44/45 de l'ISS a commencé, les relations entre la Russie et les États-Unis étaient tendues, rappelle Yui-san. Le Japonais était prêt à servir de médiateur entre les parties en conflit. Mais il s'est avéré qu'il n'y avait pas de questions litigieuses. Tout était bon.

« Même lorsque nous avons écouté les nouvelles de la Russie et de l'Amérique, nous nous sommes rendus compte que la seule différence était l'interprétation et le point de vue sur tel ou tel événement, et la vérité est quelque part au milieu. Il est inutile de débattre au sujet de la politique, et les astronautes sont des gens assez intelligents », a souligné M. Yui.

Le lieutenant-colonel des forces aériennes japonaises, ancien pilote d'essai et actuel astronaute, Yui Kimya, a maintenant presque 50 ans. Quand il a été choisi comme candidat à l'ISS, il avait 39 ans. Ce n'était pas facile d'apprendre de nouvelles disciplines, telles que la biologie, la chimie, la physique, la langue russe. Cependant, après six années de formation, il s'est retrouvé finalement dans l'espace. Et c'est l'espace qui lui a appris l'essentiel.

« Les gens croient que les questions spatiales sont trop loin de la vie quotidienne pour s'y intéresser sérieusement. Bien sûr, pour survivre dans le monde, il faut avoir de l'argent, beaucoup d'argent. Mais dans le même temps, une personne a certainement besoin d'un grand rêve », a estimé le spationaute japonais.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

 

Lire aussi:

SpaceX projette d’envoyer des Dragons réutilisables à l’ISS
La Terre s’offre un fascinant shooting photo depuis l’espace
La Russie crée son vaisseau spatial réutilisable pour 811 mds EUR
L'équipage de l'ISS atterrit au Kazakhstan (VIDEO)
Tags:
coopération spatiale, espace, ISS, Kimia Yui, États-Unis, Russie, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook