International
URL courte
Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)
10128
S'abonner

Situé à 20 kilomètres au nord de Mossoul, le village irakien de Faziliye a récemment été libéré du joug de Daech. Les habitants locaux témoignent à Sputnik de ce qu’ils ont subi au cours des 28 mois sous l’occupation terroriste.

« Les extrémistes nous ont interdit de nous servir de téléphones et d'Internet. On n'avait pas le doit d'allumer le téléviseur ou la radio. Un jour, j'ai tenté de leur expliquer que je devais à tout prix me rendre à l'hôpital d'Erbil ou de Dahuk pour suivre un traitement, mais ils ne m'ont même pas écouté. Personne n'avait le droit de quitter le village sans leur autorisation », témoigne Fadil Djoumaa, 37 ans, qui souffre d'un handicap inné.

Un jour, ce jeune homme est sorti fumer une cigarette dans la rue… Les djihadistes l'ont condamné à 20 coups de fouet.

Iounous Edvi, 12 ans, a écopé d'une peine similaire, mais lui pour avoir adressé la parole à sa cousine.

« Les djihadistes m'ont condamné à 20 coups de fouet et à une amende de 20 000 dinars (15,5 euros, ndlr). Ils ont rassemblé les habitants sur la place centrale et m'ont puni devant tout le monde. Personne n'est intervenu, tout le monde ayant peur pour soi-même et pour ses enfants », a expliqué le garçonnet.

Talal Abdullah, 22 ans, a vu des djihadistes faire irruption dans sa maison. Ils ont vu à travers la fenêtre que le jeune homme fumait dans sa chambre. « Le juge de Daech m'a condamné à 50 coups de fouet et une amende de 30 000 dinars (23 euros, ndlr). Mais, Dieu merci, les djihadistes ont été expulsés de notre village », relate-t-il.

« Ils m'ont soupçonné d'avoir aidé un proche, combattant au sein des forces peshmergas (kurdes, ndlr). Les djihadistes ont fait irruption chez nous et puis nous ont conduits — mon père et moi — dans leur état-major. Pendant 10 jours, ils m'ont torturé, m'ont frappé sur le dos et sur les jambes à l'aide d'un bâton métallique. Ceci a eu lieu il y a un mois. Depuis, je suis handicapé : je souffre de douleurs atroces et je ne peux plus me servir de ma jambe gauche », raconte le jeune Hamed Ioussouf.

Patrouilles des femmes djihadistes

« Daech a contrôlé notre village pendant deux ans et quatre mois. Pendant cette période, on a mené la vie des esclaves. Et ce sont les femmes qui ont souffert le plus », témoigne Hazime Issa, 40 ans.

Selon elle, pour la moindre violation des « normes » imposées par les terroristes, les femmes étaient punies avec toutes les atrocités.

« Des divisions féminines de Daech patrouillaient sans cesse dans les rues et même contrôlaient les maisons pour veiller sur l'application des « règles » imposées par les djihadistes. Ma cousine a passé deux semaines en prison pour avoir porté une bague », conclut la femme.

L'armée gouvernementale irakienne, avec le soutien des unités d'autodéfense des Kurdes irakiens et de la coalition menée par les États-Unis, réalise depuis le 17 octobre une opération militaire visant à libérer Mossoul des terroristes de Daech, qui contrôlent la ville depuis 2014.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)

Lire aussi:

Mossoul et ses environs lourdement minés, la population en danger
Daech exécute une cinquantaine de ses combattants pour désertion près de Mossoul
Forte explosion pendant une réunion secrète des chefs de Daech à Mossoul
Giuseppe Conte prévoit d’annoncer sa démission ce mardi
Tags:
handicapés, peine, enfants, tortures, Etat islamique, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook