International
URL courte
22304
S'abonner

La fin de l’opération militaire française Sangaris en Centrafrique a été officiellement annoncée ce lundi par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, en déplacement à Bangui. Mais pourquoi mettre fin à cette opération lancée pour régler le chaos inter-communautaire dans ce pays africain?

La capitale centrafricaine Bangui, ainsi que tout le pays, ne connaissent toujours pas le calme. L'opération militaire française Sangaris lancée pour régler le chaos inter-communautaire est officiellement terminée, annonce le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, selon l'AFP. La situation demeure pourtant compliquée.

« Je crois qu'il y a des arguments qu'il faut voir des deux côtés. D'un certain côté, la France ne peut être tenue seule responsable de la situation dans ces anciennes colonies. Et une intervention militaire dans un pays étranger n'a pas vocation à durer, sinon ça s'appelle une occupation », indique le chercheur au CNRS et spécialiste des conflits dans l'Afrique sub-saharienne Rolland Marchal dans un entretien accordé à Sputnik.

L'expert souligne que le mandat donné par le Conseil de sécurité à la mission Sangaris, ainsi qu'aux autres forces internationales, notamment celles de l'Union africaine et celle de l'Onu, n'a pas été rempli. Selon le spécialiste, c'est souvent le cas dans des opérations de maintien de la paix.

« La seule chose qui s'est déroulée sous la houlette française, à marche forcée, c'était des élections qui font qu'on a un gouvernement qui est un peu plus légitime que celui de la transition, mais qui est un gouvernement qui a très peu d'autorité sur l'essentiel du pays. Donc il y a effectivement un bilan qui est très contrasté et c'est vrai qu'il y a une inquiétude », déclare l'interlocuteur de Sputnik.

Selon le chercheur, il n'est pas utile de regretter le départ des forces françaises de Centrafrique. La question est plutôt d'évaluer si l'opération de l'Onu a rempli ses tâches. Selon l'expert, finalement, la responsabilité de la paix appartient en premier lieu à l'Onu et à l'Union africaine, beaucoup plus qu'à la France.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Vous avez dit «frères africains»? Les échecs français passés sous silence
Viols par l’armée française en Centrafrique, les chiffres officiels contestés (VIDEO)
Hollande annonce la fin de l'opération Sangaris en Centrafrique en octobre prochain
Paris va mettre fin à l’opération Sangaris en Centrafrique
Tags:
République centrafricaine, armée, ONU, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook