Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Les ONG font front commun contre la censure sur Facebook

    © REUTERS / Dado Ruvic
    International
    URL courte
    383
    S'abonner

    Plus de 70 groupes de défense des droits de l'homme ont demandé au fondateur de Facebook Mark Zuckerberg d'expliquer sa politique de suppression des contenus.

    Les militants ont évoqué plusieurs cas de suppression de publications concernant notamment les violations des droits de l'homme et les violences policières.

    « Lorsque les membres les plus vulnérables de la société ont recours à votre plateforme pour signaler une injustice, Facebook a le devoir moral de défendre leur cause », lit-on dans une lettre commune envoyée à M. Zuckerberg.

    Le service de presse du réseau social a indiqué aux journalistes avoir pris en considération la lettre.

    En septembre dernier, une polémique a éclaté lorsque Facebook a effacé d'une publication de la première ministre norvégienne Erna Solberg la photo historique de la petite Vietnamienne fuyant un bombardement au napalm pendant la guerre du Vietnam, au motif que l'enfant était nue.

    Fin octobre, Facebook a déjà annoncé qu'il commencerait à autoriser la publication d'images et de contenus potentiellement choquants s'ils « présentaient un intérêt du point de vue de l'actualité ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Journée contre la maladie d’Alzheimer: Facebook sensibilise le public
    Photo de la petite Vietnamienne censurée: Facebook fait machine arrière
    Une fausse nouvelle de Facebook devient virale
    Tags:
    droits de l’homme, violences, censure, Facebook, Inc, Erna Solberg, Mark Zuckerberg, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik