Ecoutez Radio Sputnik
    Google logo

    «Menace sans précédent»: comment Google manipule les électeurs du monde entier

    © Flickr/ Kristina Alexanderson
    International
    URL courte
    Les révélations de WikiLeaks (105)
    268052575

    Le projet de campagne présidentielle d’Hillary Clinton a été élaboré par Eric Schmidt, président du Conseil d'administration de Google, lit-on dans une nouvelle publication de WikiLeaks. Selon la correspondance publiée, Google a analysé en détail l’utilisation du comportement des électeurs pour obtenir de meilleurs résultats.

    Après quatre ans d'expériences et de recherches avec la participation de 10 000 personnes dans 39 pays, Robert Epstein, un chercheur en psychologie de l'Institut américain pour la recherche sur le comportement et la technologie à Vista, en Californie, est parvenu à une conclusion décevante.

    Il a découvert que Google était capable de favoriser tel ou tel candidat aux élections présidentielles et les aider à obtenir environ 12 % des votes du nombre total des électeurs indécis et dans certains groupes démographiques, jusqu'à 80 % des votes! Les personnes font en général confiance aux résultats de leurs recherches, ce qui veut dire qu'un moteur de recherche est capable d'influencer le destin d'un pays sur quatre sur notre planète.

    Alors, comment ce mécanisme fonctionne-t-il? D'après les données officielles, Facebook peut influencer environ 600 000 personnes le jour de vote, affirme M. Epstein dans une interview accordée à RT. Il suffit alors d'envoyer des notifications « Allez voter! » à ceux qui soutiennent Hillary Clinton et de ne pas envoyer les notifications aux supporters de Donald Trump. De nombreuses personnes se rendront aux élections suite à ces notifications au lieu de rester chez eux.

    Alors que Facebook est capable d'influencer 600 000 d'électeurs, Google peut avoir un impact encore plus fort, touchant entre 2,6 et et 10,4 millions de personnes. Pourtant, selon M. Epstein, Google est le leader de son marché dans la plupart des pays, sauf la Russie et la Chine, ce qui rend sa capacité d'influencer l'opinion publique dans ces deux derniers pays difficile.

    « La compagnie privée peut ressembler à un système monarchique où le leader possède un immense pouvoir (…). Une telle compagnie ne croit pas qu'elle doit présenter le bilan de son activité au grand public. Personne n'a accès à leurs notes complètes (…). Potentiellement, cela peut être dangereux », estime M. Epstein.

    Selon les recherches de M. Epstein sur les élections présidentielles aux États-Unis, la situation actuelle est sans précédent: pour la première fois dans l'histoire, un immense pouvoir est concentré dans les mains de quelques personnes qui échappent à toute loi, estime le chercheur. Et ces gens ne sont pas obligés d'agir pour le bien de la société.

    « J'ai déclaré plusieurs fois que je suis un fervent irréductible d'Hillary Clinton », remarque le chercheur. « Sans aucun doute, elle est mieux que Trump. Je ne pense pas qu'il veut vraiment devenir président — ce qui est plus probable, c'est qu'il essaye d'augmenter sa popularité (…). Je pense qu'il créera sa propre chaîne de télévision où il lancera sa propre télé-réalité populaire sur sa campagne présidentielle », assure M. Epstein.

    Les résultats des derniers sondages ne prennent pas en compte le fait que Google et d'autres compagnies ont le pouvoir d'influencer les votes des élections et c'est une grande lacune. Pourtant, selon Robert Epstein, il est évident que M. Clinton occupera le poste présidentiel:

    « Si l'on imagine le pouvoir que ces compagnies possèdent, cela devient clair que Clinton remportera la victoire. Et c'est sûr qu'elle gagnera entre 2,6 et 10,4 millions de votes. Si l'on prend en compte la moyenne, il est clair qu'elle gagnera 6,5 millions de votes supplémentaires », conclut-il.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Les révélations de WikiLeaks (105)

    Lire aussi:

    WikiLeaks: les journalistes d’AP impliqués dans le scandale Clinton
    WikiLeaks publie le 20e lot des emails du directeur de campagne d'Hillary Clinton
    Un joyeux anniversaire de la part de WikiLeaks!
    Trump, Clinton et WikiLeaks: comment la Russie «intervient» dans la présidentielle US
    Tags:
    Wikileaks, présidentielle, Robert Epstein, Donald Trump, Eric Schmidt, Hillary Clinton, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • factal
      Je pense depuis quelques jours que Trump se sert effectivement de cette campagne pour se faire de la publicité, sans volonté sérieuse de l'emporter. Malheureusement !

      Pour revenir au sujet principal, les entreprises qui occupent un très grand monopole vont manipuler de plus en plus, mieux que les médias ! Ces entreprises sont extrêmement dangereuses et il faut s'en méfier en diversifiant ses réseaux sociaux, ses moteurs de recherches. Ne pas hésiter à changer de nationalités dans ces services.
    • avatar
      CocoChannel
      A noter : Epstein, pas Einstein !
    • avatar
      Joel Lafarge
      La surprise sera très semblable à celle de brexit, c'est à dire que google, Facebook, et les autres media vont continuer à annoncer clinton gagnante jusqu'à la dernière seconde et enfin les gens comprendront finalement que c'est Trump qui a gagné.
      Ça c'est l'autre limite de ces sytèmes que les gens ne comprennent pas encore bien.
      Ce sera le clixit :-)
      Après, le clixit, chiton passera sa retraite en prison ou elle décèdera certainement au cours de la première année.
      parole de l'oracle :-)
    • Darius
      Il est possible de se passer des services de telles entreprises.
      Par exemple ; DuckDuckGo est un moteur de recherche qui vaut bien celui de Google.
    • Dolinduz
      Google a l'habitude de travailler avec le Département d'état US, notamment à l'époque où Clinton y était. Et ce n'est pas la seule société US.

      "Il montre aussi comment la principale entreprise de technologie numérique est étroitement liée, de façon presque structurelle, au Département d’Etat. Assange affirme aussi que les grandes entreprises de la galaxie numérique nous surveillent et nous contrôlent bien plus que les Etats eux-mêmes."
      www.legrandsoir.info/julien-assange-google-nous-espionne-et-en-informe-les-etats-unis.html

      www.wikistrike.com/2014/11/assange-accuse-google-de-collaborer-avec-les-services-secrets-us.html

      www.huffingtonpost.fr/2014/10/01/interview-julian-assange-google_n_5911508.html
    • OAK
      Dommage que Google mouille ainsi leur chemise, ils vont finir par la perdre.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)