International
URL courte
Destitution de la présidente sud-coréenne (26)
11101
S'abonner

Le parquet sud-coréen a demandé un mandat d’arrêt pour Choi Soon-sil, la confidente de la présidente Park Geun-hye, impliquée dans un scandale retentissant.

Une ancienne confidente de la présidente sud-coréenne, surnommée « Raspoutine » par les médias locaux, a été placée en garde à vue, par crainte qu'elle ne cherche à fuir en pleine crise politique, ont annoncé mardi les enquêteurs.

Park Geun-Hye a été particulièrement ébranlée quand il a été révélé qu'elle se faisait conseiller sur la conduite des affaires de l'État par Choi Soon-Sil, avec qui elle entretient une amitié vieille de 40 ans, qui n'occupait aucune position officielle dans l'administration et n'avait aucune habilitation en matière de sécurité, écrit l'agence de presse Yonhap.

Or, Mme Choi est présentement visée par une enquête pour trafic d'influence et corruption, car soupçonnée d'avoir profité de ses liens avec la présidente pour extorquer de l'argent aux principaux conglomérats du pays comme Samsung, qu'elle aurait poussés à verser d'importantes sommes à des fondations qu'elle avait créées.

Elle est rentrée dimanche en Corée du Sud, après s'être enfuie en Allemagne, et a été interrogée pendant plusieurs heures lundi par le ministère public sud-coréen.

« Il y a un risque que Mme Choi ne cherche à détruire des preuves car elle réfute les accusations », a déclaré un responsable du parquet à Yonhap pour justifier la mesure de garde à vue de 48 heures.

« Elle s'est déjà enfuie par le passé et ne possède pas d'adresse permanente dans ce pays, ce qui fait qu'elle présente un risque de fuite », a-t-il poursuivi.

Pas un jour ne s'est écoulé la semaine dernière sans que la presse n'abonde en révélations sur cette femme de 60 ans et sur sa relation avec la présidente.

Les médias ont dressé d'elle le portrait d'une « Raspoutine » qui allait jusqu'à corriger les discours présidentiels ou prodiguer des conseils sur les nominations.

Le fait qu'elle aurait également eu accès à des documents confidentiels a rejailli sur la présidente, dont les excuses publiques, vendredi, n'ont pas empêché sa cote de popularité de dégringoler.

Mme Choi est la fille d'une mystérieuse figure religieuse, Choi-Tae-Min, chef autoproclamé d'un culte religieux, l'Église de la vie éternelle. Choi-Tae-Min était devenu le mentor de Park Geun-Hye après l'assassinat en 1974 de sa mère.

Selon les médias sud-coréens, Choi Soon-Sil aurait hérité de son père, décédé en 1994, une influence inappropriée et malsaine sur la présidente. L'ex-époux de Choi Soon-Sil a été un des principaux adjoints de Mme Park jusqu'à son élection en 2012.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Destitution de la présidente sud-coréenne (26)

Lire aussi:

Une «Raspoutine» tient-elle les rênes du pouvoir en Corée du Sud?
Les USA élargissent leur doctrine de dissuasion contre la Corée du Nord
En Corée du Sud, l’unité de cybersécurité de l’armée victime… de pirates
Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
Tags:
manigances, complotisme, Choi Soon-Sil, Park Geun-hye, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook