Ecoutez Radio Sputnik
    Les habitants de Mossoul quittent la ville

    Réfugié de Mossoul: «Daech, c’est tout ce que les Américains nous ont apporté»

    © Sputnik . HİKMET DURGUN
    International
    URL courte
    Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)
    29540
    S'abonner

    Sur fond d’opération à Mossoul, cette ville irakienne se vide de plus en plus de ses habitants qui trouvent refuge sur les territoires contrôlés par les Kurdes peshmergas.

    • Les habitants de Mossoul quittent la ville
      Les habitants de Mossoul quittent la ville
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    • Жители Мосула массово бегут из города
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    • Жители Мосула массово бегут из города
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    • Жители Мосула массово бегут из города
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    • Жители Мосула массово бегут из города
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    • Жители Мосула массово бегут из города
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    • Жители Мосула массово бегут из города
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    • Жители Мосула массово бегут из города
      © Sputnik . HİKMET DURGUN
    1 / 8
    © Sputnik . HİKMET DURGUN
    Les habitants de Mossoul quittent la ville

    Les habitants de Mossoul fuient en masse, et hier encore, 1 800 personnes ayant quitté les villages de Bazdava et de Kornama, situés à l'est de la ville, ont été hébergés par les combattants peshmergas dans le camp de Hazır à Erbil.

    À l'entrée de ce camp de réfugiés, les nouveaux arrivants, des Kurdes et des Arabes pour la plupart, ont été fouillés et soumis au contrôle-passeport à des fins de sécurité.

    Le correspondant de Sputnik s'est entretenu avec certains réfugiés, dont l'afflux à Hazir ne tarit pas et devient de plus en plus massif.

    Rafale
    © REUTERS / U.S. Air Force/Senior Airman Tyler Woodward

    « Je me suis sauvée avec mes quatre enfants. On avait très peur de sauter sur des mines que les terroristes de Daech posent partout (…) Les guerres en Irak ne finissent jamais (…) La guerre entre l'Iran et l'Irak, une autre entre l'Irak et les Peshmergas et, enfin, l'invasion des États-Unis en Irak, tout cela a transformé notre vie en enfer. J'ai déjà déménagé quatre fois, alors que la peur nous poursuit partout. On est fatigué de la guerre », a déclaré Newal Hazım, une Kurde de 32 ans.

    Medine Yusuf, une sexagénaire du village de Gorcelil, entre dans la conversation.

    « L'armée irakienne est passée à l'offensive avec l'usage d'armes lourdes. Les militaires ont ouvert pour nous un corridor au nord du village. J'espère que ce sera notre dernier déménagement. Je suis déjà vieille et ne veux pas passer le reste de ma vie en déménagements incessants », a dit l'interlocutrice de Sputnik.

    Le Kurde Zeki Ali, âgé de 64 ans, est venu dans le camp du village de Hemdaniye.

    « Nous avons dû quitter notre village à cause des combats entre l'armée irakienne et les djihadistes de Daech. Les 130 familles ont quitté le village (…) Appâtées par le pétrole, toutes les grandes forces se proposent d'instaurer leur contrôle sur notre territoire (…) Les Américains avaient promis d'apporter la démocratie en Irak, mais tout ce qu'ils nous ont apporté dix ans après leur invasion, c'est Daech », s'est-il indigné.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Opération de libération de la ville de Mossoul (2016) (105)

    Lire aussi:

    Mossoul: une tempête de sable freine la progression de l'armée irakienne
    L’armée irakienne contrôle un quartier à Mossoul
    Milices chiites: «Pourvu que les terroristes syriens arrivent à Mossoul!»
    Tags:
    guerre, pétrole, réfugiés, Sputnik, Etat islamique, Zeki Ali, Medine Yusuf, Newal Hazım, Erbil, Mossoul, Iran, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik