Ecoutez Radio Sputnik
    Le président philippin Rodrigo Duterte

    Duterte: «J’obtiendrai tout ce qu’il faut en Russie»

    © REUTERS / Kim Kyung-Hoon
    International
    URL courte
    441072

    Le président philippin est indigné par la décision des USA d’annuler le contrat de vente de fusils à la police du pays. Manille compte acheter des armes en Russie et élargir sa coopération avec Pékin. Selon des experts, cela signifie que les Philippines ont opté pour une politique plus équilibrée.

    La récente décision du président philippin Rodrigo Duterte de réorienter la politique extérieure de son pays pour se rapprocher de la Russie et de la Chine marque un tournant vers une politique plus équilibrée, a déclaré à Sputnik Vladimir Svedentsov, expert politique de l'Institut russe des études stratégiques.

    « S'il ne s'agit pas d'une rhétorique vide, cela induit un tournant vers une politique extérieure plus équilibrée qui sera orientée vers les États-Unis, mais aussi vers la Russie et la Chine », a indiqué M. Svedentsov.

    Le département d'État américain a récemment annulé le contrat de vente de 26 000 fusils d'assaut à la police philippine. Le président philippin a récemment exprimé son mécontentement face à cette décision, qualifiant ses auteurs d' « imbéciles » et de « singes ».

    « La Russie et la Chine se sont déclarées prêtes à vendre des armes aux Philippines. Je me souviens des paroles que m'ont adressées les diplomates russes : "Venez en Russie, nous avons tout dont vous avez besoin" », a indiqué le président Duterte.

    Selon l'analyste politique russe Petr Tsvetov, les livraisons d'armements pourraient devenir un secteur important de la coopération russo-philippine.

    « Les armuriers russes ont déjà présenté leurs avions, hélicoptères et systèmes antiaériens portatifs Igla aux représentants des Philippines. Mais ils n'ont pas jusqu'ici reçu de réponses positives en raison de la coopération militaire intense entre les Philippines et les États-Unis », a noté M. Tsvetov.

    Auparavant, le président Duterte avait plusieurs fois traité son homologue américain Barack Obama de « fils de pute » et l'ambassadeur des États-Unis à Manille d'« homosexuel ». Tout récemment, le chef de l'État philippin a annoncé qu'il était temps pour Manille de « dire adieu » à Washington. Selon le porte-parole du département d'État américain John Kirby, cette rhétorique ne correspond pas à l'état réel des relations entre les deux pays. « Les États-Unis souhaitent avoir de bonnes relations avec les Philippines malgré les propos de M. Duterte », a indiqué M. Kirby.

    Entre temps, le président philippin a déjà effectué une visite en Chine et compte rencontrer le président russe Vladimir Poutine en Russie.

    Le temps dira si les déclarations du président Duterte sur les importations d'armes russes ne sont qu'une rhétorique vide ou si elles marquent un tournant décisif de la politique du pays.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Adieu les USA, les Philippines se nouent d’amitié avec la Chine
    Le président philippin aux États-Unis: «Adieu, mes amis!»
    Le président philippin conseille à Obama... d'aller «au diable»
    Les Philippines expliquent pouvoir très bien se passer du soutien militaire US
    Tags:
    coopération, coopération militaire, livraisons d'armes, Département d'Etat des Etats-Unis, Vladimir Svedentsov, Petr Tsvetov, Barack Obama, Vladimir Poutine, Rodrigo Duterte, États-Unis, Chine, Russie, Philippines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik