International
URL courte
42445
S'abonner

Le ministère russe des Affaires étrangères a commenté la déclaration de l’ex-secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, selon lequel l’Amérique devrait reprendre le rôle difficile de «gendarme du monde».

La personne pour laquelle les fondements démocratiques sont les seuls possibles dans les relations internationales ne parlera jamais d'une « gendarmerie mondiale », a estimé la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova en réponses aux propos tenus par l'ancien secrétaire général de l'Alliance atlantique.

« Je tiens à signaler qu'il ne s'agit pas là d'un marginal quelconque, mais d'un homme qui s'est trouvé à la tête de l'Otan. Hélas, cela arrive en Occident où des personnes pareilles sont désignées pour diriger une alliance contrôlée par les États-Unis (…). La personne pour laquelle les fondements démocratiques sont les seuls possibles dans les relations internationales ne parlera jamais d'une gendarmerie mondiale », a déclaré la diplomate.

Et d'ajouter que tout récemment encore, des bases juridiques et l'égalité se trouvaient au centre des discussions dans le monde.

« Les principes de l'égalité et de la fraternité constituent toujours la principale idéologie de bien des États. Et voilà qu'un homme qui a répondu, de longues années durant, du climat politique dans l'espace euro-atlantique parle d'une gendarmerie mondiale. Il s'agirait sans doute là ni plus ni moins que de Big Brother », a supposé Mme Zakharova.

Elle a rappelé que les États-Unis s'étaient déjà délégué le rôle de gendarme en charge du règlement de la situation en Afghanistan, et que les résultats en étaient bien connus.

« Nul n'ignore que le trafic de drogue finance le terrorisme international. La production de stupéfiants (en Afghanistan, ndlr) est monté en flèche, et la situation en matière de narcotrafic échappe aujourd'hui à tout contrôle », a résumé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision Sky News, M. Rasmussen avait déclaré que le président américain Barack Obama était trop réticent quand il s'agissait de s'ingérer dans des conflits internationaux et que les États-Unis devraient reprendre le rôle difficile de « gendarme du monde ».

« Nous avons besoin de l'Amérique en tant que gendarme mondial. Nous avons besoin d'un leadership mondial de l'Amérique», a-t-il affirmé.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Les prétentions des USA au leadership mondial ne répondent pas aux réalités (Lavrov)
Ex-secrétaire général de l’Otan: seuls les USA peuvent «sauver la planète du chaos»
Les USA connaissent mal les conflits dans lesquels ils s'ingèrent (experts)
«Le port du masque ne sert absolument à rien», lance une conseillère municipale à Nice, causant une polémique
Tags:
terrorisme, trafic de drogue, drogue, secrétariat général, leadership, gendarmes, SkyNews, ministère russe des Affaires étrangères, OTAN, Barack Obama, Anders Fogh Rasmussen, Maria Zakharova, Afghanistan, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook