Ecoutez Radio Sputnik
    Joconde afghane

    La «Mona Lisa afghane» bientôt expulsée du Pakistan

    © Flickr/ Steve McCurry / Magnum Photos
    International
    URL courte
    0 41

    L'«Afghane aux yeux verts» rendue célèbre par un portrait en couverture de National Geographic pourra regagner son pays après être passée par la case prison au Pakistan.

    La refugiée Sharbat Gula, surnommée la « Mona Lisa afghane », arrêtée au Pakistan le 26 octobre dernier, sera expulsée du pays au terme de sa peine de prison, rapporte le journal Express Tribune.

    L'intéressée avait auparavant plaidé coupable d'avoir obtenu frauduleusement une carte d'identité pakistanaise avant d'avoir été condamnée à une peine de prison de 15 jours et à une amende de 110 000 roupies (950 euros).

    Mme Gula réside au Pakistan depuis 2014. Ces derniers mois, les autorités pakistanaises ont intensifié les expulsions de réfugiés afghans n'ayant pas de statut officiel ou disposant de fausses cartes d'identité.

    Née en 1972 en Afghanistan, Sharbat est devenue orpheline dans le début des années 1980, lorsque son village a été attaqué. En 1984, le photographe de National Geographic Steve McCurry a pris une photo de la jeune afghane dans le camp de réfugiés de Nasir Bagh au Pakistan. La une du magazine avec son portrait compte parmi les plus connues de l'histoire et avait propulsé l'adolescente au rang d'icône.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La «Joconde» afghane interpellée au Pakistan
    Les opposants à l’égalité hommes-femmes se rebellent au Pakistan
    Au Pakistan, battre sa femme "légèrement" sera-t-il bientôt légal?
    Tags:
    expulsions, réfugiés, National Geographic, Sharbat Gula, Afghanistan, Pakistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik