Ecoutez Radio Sputnik
    un missile nucléaire américain

    Leçons de la guerre froide: les USA feraient mieux de revoir leur politique nucléaire

    © AFP 2019 BRENDAN SMIALOWSKI
    International
    URL courte
    8380
    S'abonner

    Washington doit reconsidérer sa politique en matière d'armes nucléaires, comme le problème de l'interdiction des essais nucléaires en Afrique du Sud a été résolu pendant la guerre froide. En dépit des tensions entre les États-Unis et l'Union soviétique, les deux pays étaient parvenus à un accord sur cette question pour la paix dans le monde.

    La fondation américaine Nuclear Threat Initiative (Initiative pour réduire la menace nucléaire) a publié un rapport sur la coopération actuelle entre Washington et Moscou dans le domaine des armes nucléaires, dans lequel, elle a appelé l'administration américaine de reconsidérer sa politique.

    Le rapport note que la Russie et les États-Unis doivent oublier tous leurs différends politiques pour que la situation dans le monde devienne plus stable et plus sûre. En particulier, Moscou et Washington doivent renforcer le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

    Un accord pendant la guerre froide

    « Les États-Unis et la Russie devraient se rappeler du siècle dernier, quand leurs pays ont réussi à surmonter les différends politiques. Il y a près de 40 ans, ils ont renforcé le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Une telle coopération est nécessaire aujourd'hui. La Russie et les États-Unis ont des intérêts très similaires, principalement en matière de sécurité nationale », lit-on dans le rapport.

    Selon la fondation, en 1970, lorsque la confrontation entre Washington et Moscou était présente dans plusieurs domaines, dans le désert du Kalahari dans le nord de l'Afrique du Sud, il y avait des mines construites pour les essais d'armes nucléaires, que l'Afrique du Sud développait activement entre 1960 et 1970.

    En 1977, le gouvernement sud-africain était déjà prêt à essayer la première bombe nucléaire appelé Monster. En août 1977, un satellite soviétique a enregistré la préparation de l'essai. Moscou a immédiatement informé Washington. Ainsi, malgré le fait que les autorités sud-africaines aient tout nié en bloc, elles ont dû abandonner leurs intentions en raison des objections américaines et soviétiques.

    « Washington était prêt à coopérer avec l'Union soviétique sur la question sud-africaine, même au détriment de ses objectifs de politique étrangère dans la région: en Afrique du Sud, en Rhodésie (aujourd'hui Zimbabwe, ndlr) et en Namibie. Les deux pays ont pris la responsabilité d'éliminer la menace de la prolifération des armes nucléaires », ont souligné les auteurs du rapport.

    La coopération américano-soviétique a également conduit à un resserrement du contrôle de l'exportation des armes nucléaires. Les pays sont restés engagés dans le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, signé en juin 1968 par 40 pays, dont le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne.

    Le plutonium va résoudre le problème

    Selon l'ex-parlementaire russe Vladimir Komoïedov, Moscou et Washington pourraient vraiment parvenir à un accord à condition que les États-Unis remplissent leurs promesses sur l'élimination du plutonium.

    Rappelons que Moscou et Washington se sont mis d'accord pour qu'à partir de 2018, les parties éliminent 34 tonnes de plutonium militaire en le brulant dans des réacteurs nucléaires. La Russie s'est équipée de l'infrastructure nécessaire, tandis que les États-Unis ne l'ont pas fait, ce qui a poussé Moscou à suspendre l'accord.

    « Il est important que l'Amérique n'utilise pas et ne stocke pas le plutonium qui peut être utilisé pour créer des armes nucléaires. Sinon, Moscou et Washington ne seront pas en mesure de parvenir à un accord pacifique sur cette question, comme pendant la guerre froide », a indiqué M. Komoïedov cité par la chaîne RT.

    Début octobre, la présidente de Nuclear Threat Initiative Joan Rolfing a déclaré que si la « course aux armements inconsciente » se poursuivait entre les États-Unis et la Russie, la guerre nucléaire ne pourrait pas être évitée.

    Nuclear Threat Initiative est une grande organisation à but non-lucratif basée à Washington. Elle vise à développer des moyens pour limiter la propagation des armes nucléaires dans le monde. Les experts de l'organisation publient quotidiennement des plans pour réduire la menace de guerre dans le monde et proposent des solutions aux conflits internationaux.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Les USA enterrent du plutonium au lieu de le recycler
    Interdiction des armes nucléaires? Campagne US pour le «non» à l’Onu
    Clinton divulgue à la TV des infos secrètes sur les armes nucléaires US
    Tags:
    plutonium, armes nucléaires, nucléaire, guerre froide, URSS, Namibie, Zimbabwe, Afrique du Sud, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik