Ecoutez Radio Sputnik
    La maison détruite par la frappe aérienne dans la ville afghane de Kunduz

    Frappe aérienne à Kunduz, l’Afghanistan mène sa propre enquête

    © REUTERS / Nasir Wakif
    International
    URL courte
    170
    S'abonner

    Les autorités afghanes n’ont pas attendu pour mener leur propre enquête afin de trouver les responsables de la mort des dizaines de civils tués suite à la frappe aérienne américaine.

    La commission dirigée par le ministre adjoint afghan de la Défense Hilalutdin Hilal enquête sur la frappe aérienne suite à laquelle 32 civils ont été tués et 27 autres blessés, dont des femmes et des enfants. L'attaque a été effectuée par l'armée de l'air des États-Unis conjointement avec les forces aériennes afghanes.

    Le représentant officiel du ministère de la Défense Davlat Vaziri a déclaré, lors d'une réunion avec des notables tribaux de la province de Kunduz, que le gouvernement punirait des fonctionnaires locaux si leur culpabilité était prouvée.

    Un fonctionnaire afghan a assuré que l'enquête serait objective et détaillée et serait soumise au président du pays.

    Dans une interview à Sputnik, M. Vaziri a accusé les talibans de la mort des civils, qui, selon lui, ont « utilisé leurs maisons comme boucliers humains ». Dans le même temps, il a reconnu que la mission avait été un succès car 30 talibans ont été dans l'attaque, dont 10 commandants.

    « Nous avons éliminé les commandants talibans les plus dangereux qui revendiquaient de nombreuses attaques contre les villes et villages de la province de Kunduz. Nous avons des informations selon lesquelles ils prévoyaient une nouvelle attaque », a raconté M. Vaziri.

    En commentant cet incident, le fonctionnaire afghan a souligné que le gouvernement partageait la responsabilité de cette tragédie.

    « Oui, nous reconnaissons notre responsabilité pour les pertes civiles. Ce sont des citoyens afghans. Ils ont été martyrisés. Le ministère de la Défense reconnaît ses erreurs, mais il a tiré les leçons de cette tragédie et fera tout son possible pour que cela ne se reproduise pas à l'avenir », a déclaré M. Vaziri.

    Le représentant du ministère de la Défense a ajouté que des familles, y compris les enfants des militants, font partie des victimes. Il a expliqué qu'ils habitaient avec les talibans éliminés dans le poste du commandement qui était visé par la frappe aérienne.

    « Les talibans n'ont pas épargné leurs familles », a souligné M. Vaziri.

    En parallèle, des manifestations de masse ont été organisées dans la ville de Kunduz. Les gens ont exigé que les responsables soient punis pour la mort de personnes innocentes. Selon les manifestants, certaines maisons qui ont été touchées se situent à plus d'une centaine de mètres du bâtiment qui était occupé par les talibans.

    Les manifestants ont demandé aux autorités de clore l'enquête et de rendre publiques ses résultats d'ici à jeudi, sinon ils menacent de bloquer les autoroutes de la ville.

    Le 3 novembre, des militaires afghans ont demandé un appui aérien américain alors qu'ils étaient sous un feu nourri émanant des talibans. L'échange de tirs a coûté la vie à trois membres des forces spéciales afghanes et à deux instructeurs américains.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Lire aussi:

    En Afghanistan, les Talibans subissent une défaite cuisante à Kunduz
    Rapport sur l'attaque de l'hôpital de MSF à Kunduz: "une erreur", selon le Pentagone
    Frappes US sur l'hôpital de Kunduz: des conséquences désastreuses
    Frère d'un médecin tué à l'hôpital MSF de Kunduz: "Je rejette les excuses de l'Otan"
    Tags:
    enquête, frappe aérienne, US Air Force, Kunduz, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik