Ecoutez Radio Sputnik
    François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS

    Un état d’urgence qui est en train de devenir une sorte d’état permanent

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    International
    URL courte
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
    16433

    Il y a un an, suite aux attentats du 13 novembre à Paris, l’état d’urgence a été décrété en France. Il est toujours en vigueur et est considéré comme à la fois «nécessaire, inutile, liberticide et insuffisant». Un directeur de recherche à l’IRIS fait part à Sputnik de ses considérations sur le problème.

    Le 13 novembre 2015, pour la première fois, la France a été frappée par des attentats simultanés, quand neuf individus répartis en trois commandos ont provoqué la mort de 130 personnes. Depuis, la crainte de nouvelles attaques et la multiplication de politiques sécuritaires sont devenus la norme.

    « Cet état d'urgence a été un succès politique pour le gouvernement puisque même l'opposition a été obligée de le voter, puis de le prolonger. Un état d'urgence qui… est en train de devenir une sorte d'état permanent. Ça n'empêche pas les attentats, en particulier ceux commis par des gens qui avaient été déjà repérés », a déclaré à Sputnik le directeur de recherche à l'IRIS, François-Bernard Huyghe, spécialiste des problèmes de sécurité à qui on doit, entre autres, le livre intitulé « Terrorismes — violence et propagande ».

    Et de rappeler que les deux jeunes avaient égorgé un prêtre dans une église, alors que l'un d'eux avait été non seulement assigné à résidence mais avait un bracelet électronique censé permettre à la police de suivre tous ses déplacements.

    « Mais si vous avez décidé de tuer quelqu'un et de mourir après, ça n'a aucune importance. (…) Sur le plan de l'efficacité, ça n'a pas empêché l'attentat de Nice qui a été effroyable », a fait remarquer l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, l'instauration de l'état d'urgence est destinée avant tout à rassurer la population, à montrer que le pouvoir politique fait quelque chose, alors que cela se répercute sur le tourisme, les agences de voyage refusant d'envoyer des clients dans « un pays qui se dit lui-même en état d'urgence, c'est-à-dire en état de grand danger ».

    « Je n'ai pas l'impression que l'état d'urgence ait beaucoup fait reculer la criminalité en France, qu'il s'agisse de la criminalité terroriste ou de la criminalité de droit commun », a constaté M. Huyghe, estimant qu'aucune force de police dans un état démocratique n'est à même de contrôler des milliers d'éventuels terroristes.

    L'expert rappelle par ailleurs que si on prend l'état d'urgence au pied de la lettre, il permet d'interdire toutes les manifestations, mais il y a eu un « printemps social » en France avec beaucoup de manifestations et de violences au moment notamment de la loi Travail.

    « Il y a un paradoxe, les policiers n'arrêtent pas de manifester. Et le seul fait que les policiers manifestent leur mécontentement, leur crainte, ça prouve que l'état d'urgence n'est pas appliqué strictement parce que une des premières choses qui devrait être faite, ce serait d'empêcher les policier de protester », relève-t-il.

    Selon l'interlocuteur de Sputnik, il s'agit tout simplement d'un système juridique qui est trop vague et qui se révèle impuissant face au nombre de sympathisants djihadistes ou à la colère sociale.

    « A mon avis, ça va durer jusqu'à l'élection présidentielle. Il faudrait bien un moment mettre fin à l'état d'urgence dont l'inutilité devient de plus en plus évidente et engager un vrai problème sécuritaire mais ça c'est le travail d'un nouveau gouvernement », conclut François-Bernard Huyghe.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

    Lire aussi:

    "L'état d'urgence en France ne suffit pas" pour bloquer les attentats
    France: le gouvernement veut prolonger l'état d'urgence de plusieurs mois
    France: que change vraiment l'état d'urgence?
    Tags:
    loi Travail, police, crimes, djihadisme, attentat, état d'urgence, attentats du 13 novembre à Paris, Sputnik, François-Bernard Huyghe, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik