International
URL courte
0 175
S'abonner

Un concepteur allemand accuse l’US Navy d’utiliser des versions piratées de son logiciel, ce qui pourrait coûter au Pentagone environ 150.000 dollars la copie pirate.

Le concepteur de logiciels allemand Bitmanagement Software GmbH affirme que les différents services de la Marine américaine ont installé 558 000 copies pirates de ses programmes.

En juillet dernier, l'entreprise a engagé une action en justice auprès d'un tribunal fédéral, communique Business Insider. Bitmanagement affirme avoir présenté son logiciel BS Contact Geo pour le tester sur 38 ordinateurs dans la perspective d'intégrer ce programme de réalité augmentée dans des systèmes de la Marine. Pourtant, les militaires américains ont installé le programme sur « des centaines de milliers d'ordinateurs dans leur réseau », et ce, sans payer un sou.

Les militaires ont reconnu ce fait, écrit Arstechnica.com. Ils invoquent cependant l'accord du fabricant et disent être autorisés à installer ces 38 copies sur n'importe quel nombre d'ordinateurs car la licence n'était pas limitée.

En vertu de l'acte de défense des droits d'auteur aux États-Unis, le défendeur pourrait payer jusqu'à 150 000 dollars pour une copie pirate. Le coût d'une licence de BS Contact Geo étant de 300 euros.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

USA: le prétendu «piratage russe» n'avait rien de russe
Les claviers et souris sans fil sensibles au piratage
Piratage massif: sanctions US imminentes contre des compagnies chinoises
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
copie pirate, licence, piratage, US Navy, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook