Ecoutez Radio Sputnik
    Libye en ruines suite aux heurts entre des militaires libyens et des milices islamistes

    L’Occident ne s’intéresse-t-il à la Libye que pour l’instrumentaliser?

    © AP Photo / Mohammed El-Sheikhy
    International
    URL courte
    8150

    Dans une interview accordée à Sputnik, Hélène Bravin, chercheuse associée à l’Institut Prospectives et Sécurités en Europe et auteur de «Kadhafi, vie et mort d’un dictateur» explique pourquoi rien n’a été fait dans la recherche des coupables de la chute de Kadhafi. Il semble que la primaire des Républicains à venir y soit pour quelque chose.

    Cinq ans après les événements, la mort de Kadhafi est jalonnée de nombreux témoignages sur le rôle de l'Occident dans sa chute. Citons par exemple le cousin de Mouammar Kadhafi, Ahmed Kadhafi ad-Dam, qui a déclaré que le projet sur la création de la devise africaine était l'une des causes principales de l'intervention en Libye et de l'assassinat de l'ex-dirigeant du pays. Pour autant, les zones d'ombres demeurent et il semble que dans toute cette histoire la Libye elle-même demeure la grande oubliée…

    « La recherche des coupables du renversement de Kadhafi, on n'en est pas là. Par le passé, il y a eu une intervention internationale ˗ cautionnée par l'Onu et mise en pratique par l'Otan ˗ qui a renversé le régime de Kadhafi. À l'heure actuelle, il n'y a pas de polémique sur qui a tué Kadhafi, on ne recherche pas pour l'instant les coupables », relève Hélène Bravin en guise de préambule.

    Concernant la base légale pour les bombardements du territoire libyen effectués par les forces de la coalition menée par les États-Unis, qui comprenait aussi la France et la Grande-Bretagne, Mme Bravin indique que les contestations en France restent souvent très timides et sont surtout liées à la politique interne :

    « C'est un point polémique qui n'a pas encore été soulevé. Si la Libye vit les prochaines années dans un chaos, je pense qu'il y aura des voix qui vont contester. On conteste déjà l'intervention. Quand on voit le chaos en Lybie, les Libyens qui étaient initialement favorables à cette intervention ne le sont plus aujourd'hui. »

    Notons au passage que la France garde toujours sa présence militaire en Libye. Le Monde a d'ailleurs révélé récemment la présence de forces spéciales et de forces clandestines françaises, qui sont mises à contribution pour frapper l'encadrement de l'organisation djihadiste État islamique. Sans le démentir, Jean-Yves Le Drian ordonne une enquête pour « compromission du secret de la défense nationale ». 

    Selon la chercheuse, cette information, largement commentée, laisse supposer qu'il y avait des forces françaises en action en Libye :

    « C'est là où la polémique a été soulevée notamment par certains pays comme le Qatar qui ont voulu démontrer qu'il y avait des soldats qui combattaient auprès d'Haftar notamment à Benghazi. Il y a effectivement depuis la chute de Kadhafi une présence française, mais qui se situe au niveau du renseignement et qui permet de faire des évaluations sur la présence des terroristes djihadistes en Libye ».

    Toujours est-il que Monsieur Le Drian a considéré que c'étaient là des informations qui faisaient partie du secret-défense et qu'un journal tel que le Monde ne pouvait « en aucun cas révéler la nature de ces informations au risque de mettre en péril la vie de certains officiers », conclue Mme Bravin.

    Entre les révélations du site WikiLeaks, qui attestaient qu'Hillary Clinton considérait l'élimination de Mouammar Kadhafi et le coup d'État en Libye comme une préface à sa course présidentielle, les medias continuent à s'intéresser à l'écho de la crise libyenne qui retentit dans l'Occident… plutôt qu'à la source de ces signaux de détresse.

    En outre, les récentes révélations sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007 par Mouammar Kadhafi refont — comme par hasard — surface juste à la veille de la primaire présidentielle des Républicains de 2016. Ne serait-ce qu'un moyen de trop pour faire basculer l'opinion publique ?

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Cameron fustigé pour l’intervention militaire du Royaume-Uni en Libye
    Les dernières armes chimiques ont quitté la Libye
    3.400 migrants secourus ce week-end au large de la Libye
    Tags:
    Hélène Bravin, Mouammar Kadhafi, Qatar, Libye, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik