Ecoutez Radio Sputnik
    Michael Flynn

    Conseiller clé de Trump: la guerre aux djihadistes, la paix avec Moscou

    © REUTERS / Mike Segar
    International
    URL courte
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)
    591272

    Michael T. Flynn est le nouveau conseiller de Donald Trump pour la sécurité nationale. Elément clé de la campagne électorale du candidat républicain, cet ancien lieutenant-général est connu pour avoir toujours promu la lutte acharnée contre Daech et le rapprochement avec la Russie.

    Le président élu a opté pour son proche compagnon de lutte Michael T. Flynn, qui a dirigé l'Agence du renseignement de la défense (Defense Intelligence Agency, DIA) de 2012 à 2014 et occupé le poste de directeur adjoint du renseignement américain en tant que son conseiller pour la sécurité nationale.

    « Si la Russie et les États-Unis continuent de se défier, cela ne mènera à une poursuite du conflit. Je suis d'avis qu'il faut créer un échange de données de surveillance, être partenaires, s'inviter les uns les autres dans nos centres de commandement. Ce n'est pas difficile à faire. Et cela nous permettra de mieux comprendre nos objectifs militaires. Nous devons également faire en sorte que les cibles stratégiques américaines et russes se recoupent », avait auparavant déclaré le conseiller clé de Donald Trump dans une interview donnée à une chaîne de télévision russe.

    Selon lui, ces efforts communs favoriseront la lutte contre l'acheminement illégal de pétrole et couperont les sources de financement de l'État islamique.

    Les prises de positions de Michael Flynn se marient bien avec les positions politiques de son mentor, qui s'est toujours prononcé en faveur d'une intensification de la coopération avec Moscou, en particulier dans la lutte contre Daech. L'ex-militaire est connu pour ses vives critiques à l'égard de l'administration Obama. Selon lui, Washington a sous-estimé la menace djihadiste.

    L'ex-général a également maintes fois appelé à améliorer les relations avec la Russie. En outre, en tant que directeur de la DIA, Michael Flynn a essayé de remettre en cause les prises de position de l'Agence avant de faire face à une résistance de la part des cadres supérieurs et de ses collègues.

    D'après Michael Fynn, l'islam radical représente un ennemi numéro un des États-Unis, et Barack Obama a été incapable de lutter contre cette menace réelle sur fond de renforcement des mouvances extrémistes par le biais d'Al-Quaïda et de ses disciples. Le nouveau conseiller estime que l'administration du président sortant n'a rien fait depuis le meurtre d'Oussama ben Laden en 2011, se reposant sur ses lauriers.

    De plus, les hésitations au sein du gouvernement américain et le retrait des troupes du territoire irakien ont provoqué l'émergence de l'EI.

    De ce fait, Michael Flynn se prononce en faveur d'un durcissement des mesures en matière d'immigration et souhaite la mise en place de nouvelles règles à l'égard des migrants en provenance des pays musulmans.

    « Nous faisons face à des djihadistes cruels, dangereux et perfides. On sortira peut-être épuisé de cette guerre après notre victoire. Mais si on perd, il ne restera rien de notre pays », a prévenu M. Flynn sur son compte Twitter.

    Adoubé par Trump, Michael Flynn sera sans nul doute l'un des hommes forts du futur gouvernement américain, avec une influence sans égal sur le Pentagone, le département d'État américain et l'Agence centrale de renseignement (CIA).

    Selon plusieurs experts, le bras droit officiel de Donald Trump essuiera de vives critiques de la part des démocrates mais aussi des républicains, qui lui reprochent notamment sa volonté de rapprochement avec Moscou.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)

    Lire aussi:

    L’Otan tente de justifier sa politique envers Moscou aux yeux de Trump
    Poutine et Trump constatent que les relations bilatérales laissent à désirer
    Trump élu président: mauvais pour l'Otan et bon pour la Russie?
    Tags:
    sécurité nationale, conseillers, lutte anti-EI, services secrets, pétrole, Twitter, DIA, Département d'Etat des Etats-Unis, Al-Qaïda, CIA, Etat islamique, Pentagone, Michael Flynn, Donald Trump, Oussama ben Laden, Barack Obama, Washington, Moscou, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik