Ecoutez Radio Sputnik
    Pékin

    Pékin renforce ses positions au Moyen-Orient en misant sur l’Iran

    © AFP 2019 Wang Zhao
    International
    URL courte
    1251
    S'abonner

    Dans une interview accordée à Sputnik, des experts chinois et russes ont commenté la visite récente du membre du Conseil d’État de la Chine et ministre de la Défense Chang Wanjuan en Iran. Selon eux, le renforcement des liens entre la Chine et l’Iran aident les deux parties à résoudre les problèmes géopolitiques.

    À l'issue de la visite du ministre chinois en Iran, aucun détail lié au développement de la collaboration militaire et technique n'a été fourni. Selon l'expert du Centre des recherches iraniennes de l'Université du Sud-Ouest de la Chine Ji Kaiyun, rien de plus normal. Il est convaincu que la visite de Chang Wanjuan en Iran a contribué au développement des relations entre les deux pays, mais il n'est pas disposé à surestimer l'importance de cet évènement :

    « Personnellement, je crois que les contacts militaires entre la Chine et l'Iran sont comparables aux liens interarmées que la Chine développe avec d'autres pays. Les deux parties ont le potentiel pour accroître le niveau de confiance mutuelle. La chose la plus importante, c'est leur besoin de développer les contacts militaires. »

    Selon l'expert de l'Institut d'études orientales de l'Académie des sciences de Russie Irina Fedorova, la signification du développement des liens militaires avec l'Iran dépassent le cadre des relations bilatérales.

    « La Chine est très prudente, elle ne fait partie d'aucune union stratégique militaire, mais elle commence à marquer sa présence dans la région de manière beaucoup plus active et affirme son rôle en tant que grand acteur global. »

    M. Fedorova explique que le renforcement du facteur iranien au sein de la politique chinoise est causé par le fait que l'Iran représente une partie importante de la nouvelle Route de la Soie. C'est pourquoi la Chine a tout intérêt à favoriser la stabilité dans les régions où un projet économique d'une telle envergure est en train de se réaliser. La collaboration avec Téhéran est importante pour Pékin du point de vue de l'assurance des routes maritimes pour la livraison des produits chinois.

    L'expert du Centre des problèmes communs de l'Est Maria Pakhomova estime que l'Iran s'intéresse de son côté à la mise en place d'exercices militaires communs dans le golfe Persique, le chef de l'État-major iranien, le général-major Mohammad Bagheri, a d'ailleurs proposé au ministre chinois d'y prendre part. La réaction de Pékin aux évènements dans le détroit d'Ormuz est aussi importante pour l'Iran, parce que c'est une route importante pour le transport des ressources énergétiques vers la Chine. 

    Les deux experts russes sont d'avis que le problème syrien a été également discuté par les ministres chinois et iranien. Ces derniers temps, la Chine a renforcé sa diplomatie au sujet de la crise syrienne : en mars 2016, Xie Xiaoyan a été nommé représentant spécial pour la Syrie. Ce diplomate est une personnalité importante pour l'Iran qui a un réseau de contacts multiples et bien établis avec la partie iranienne : en 2007, il est devenu l'ambassadeur de Chine en Iran, en pleine crise du nucléaire iranien.

    Le Kremlin de Moscou
    © Sputnik . Natalia Seliverstova

    Selon l'expert Maria Pakhomova, « sa nomination au poste clé en vue d'une implication de la Chine dans la résolution de la crise syrienne envoie un message fort : la Chine prête à l'Iran un des rôles moteurs sur l'échiquier géopolitique moyen-oriental ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Pékin intensifie son influence militaire au Proche-Orient conjointement avec Riyad
    Mer de Chine: Pékin veut installer une centrale nucléaire sur une île contestée
    Téhéran interdit à Riyad de violer ses eaux territoriales dans le golfe Persique
    «Seuls Moscou, Ankara et Téhéran peuvent régler la crise syrienne»
    Tags:
    Grande Route de la Soie, défense, Détroit d'Ormuz, Golfe persique, Iran, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik