Ecoutez Radio Sputnik
    Quand il n’y a nulle part où aller: la vie à Alep vue de l’intérieur

    Quand il n’y a nulle part où aller: la vie à Alep vue de l’intérieur

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    0 023
    S'abonner

    Les tirs de mortiers qui ne cessent pas et le froid des rues syriennes… Alors que les terroristes bloquent toute tentative des organisations humanitaires d’aider les habitants d’Alep, des familles entières de réfugiés subissent la famine et dorment dans les rues.

    Ils n'ont plus de toit, même pas une tente, ni d'auvent… rien pour les protéger. Dans un Alep froid et automnal, où le mercure atteint à peine 12 degrés, des centaines de réfugiés dorment en pleine rue sur des couvertures pliées.

    Toutes ces personnes ont fui les régions quotidiennement pilonnées par les terroristes, mais leur vie est toujours en péril : il n'y a rien à manger, rien à boire et nulle part où se protéger du froid.

    « Ils n'ont pas mangé depuis deux jours, ils ont des nausées, les enfants ont froid, je n'ai plus de vêtements chauds pour eux, je n'ai plus rien que cette couverture », raconte une des réfugiés, interrogée par un correspondent de la chaîne RT.

    • Ces petits réfugiés subissent la famine et dorment dans les rues
      Ces petits réfugiés subissent la famine et dorment dans les rues
    • Ils n'ont plus de toit, même pas une tente, ni d'auvent… rien pour les protéger.
      Ils n'ont plus de toit, même pas une tente, ni d'auvent… rien pour les protéger.
    • Dans un Alep froid et automnal, où le mercure atteint à peine 12 degrés, des centaines de réfugiés dorment en pleine rue sur des couvertures pliées.
      Dans un Alep froid et automnal, où le mercure atteint à peine 12 degrés, des centaines de réfugiés dorment en pleine rue sur des couvertures pliées.
    • Toutes ces personnes ont fui les régions quotidiennement pilonnées par les terroristes, mais leur vie est toujours en péril.
      Toutes ces personnes ont fui les régions quotidiennement pilonnées par les terroristes, mais leur vie est toujours en péril.
    1 / 4
    Ces petits réfugiés subissent la famine et dorment dans les rues

    La situation humanitaire en Syrie s'est considérablement dégradée ces derniers temps. Les autorités n'arrivent plus à la gérer : les écoles et les bâtiments des établissements sociaux sont surpeuplés, les ressources ne permettent plus d'assurer les abris, les repas et l'eau pour des centaines de personnes.

    « Mes enfants couchent souvent le ventre vide. Et où pouvons-nous trouver de la nourriture? Les habitants locaux disent qu'ils n'en ont pas non plus. Les organisations humanitaires distribuent des provisions uniquement aux camps de réfugiés officiels, que nous avons fuis, car on tire là-bas », explique un réfugié.

    En cinq ans, la guerre a chassé des milliers de Syriens de leurs maisons. Certains d'entre eux construisent aujourd'hui des refuges eux-mêmes. Sales et bondés, ils sont de toute façon mieux que les rues froides d'Alep. 

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Toujours plus près: une équipe de tournage de RT sous les bombes à Alep
    Alep: les terroristes torturent les proches des personnes évacuées
    Pause humanitaire à Alep: la Russie énonce ses conditions
    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Tags:
    crise humanitaire, réfugiés, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik