Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère russe de la Défense

    Moscou fustige les «rapports» des Casques blancs syriens

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2016) (180)
    42591
    S'abonner

    En réponse aux accusations du département d’État américain, Moscou prouve que les rapports des Casques blancs syriens sur les soi-disant frappes aériennes russes contre des objets civils en Syrie sont pour le moins arbitraires. L’absence de données de la part d’organisations officielles appuie la position russe.

    Les prétendus rapports sur les soi-disant « hôpitaux » et « écoles » situés sur le territoire syrien occupé par les terroristes de l'État islamique ont été rédigés par les Casques blancs, financés par Londres, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    « Trois jours après, il est clair pour tout le monde que les « hôpitaux » et les « cliniques » mobiles soi-disant bombardés à Alep sont tout droit sortis de l'imagination du porte-parole du département d'État américain John Kirby. Ce genre d' « erreur d'information » constituera une tache sur la biographie du contre-amiral Kirby », a déploré le militaire russe.

    Selon lui, si on compte tous « les hôpitaux et les cliniques bombardés », il n'en resterait plus aucun en Syrie.

    « Nous avons à maintes reprises demandé aux représentants officiels des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de l'Allemagne, d'autres pays et des ONG internationales de nous livrer les informations sur la localisation des hôpitaux et des écoles situées sur le territoire contrôlé par les terroristes », a poursuivi M. Konachenkov, ajoutant qu'il n'existait que les « rapports » des Casques blancs et des « journalistes » ou « activistes » locaux sur la question.

    En outre, Igor Konachenkov a souligné que les Casques blancs, à titre de structure médiatique, sont financés par le gouvernement britannique, qui les a obligés à publier sur Facebook et sur Twitter les soi-disant données sur des attaques chimiques en tant que rapports des Casques blancs et des activistes locaux.

    John Kirby, pour sa part, a récemment accusé l'armée russe d'effectuer des frappes aériennes contre les hôpitaux en Syrie. En réponse, Moscou a appelé les organisations internationales à livrer toute information sur l'emplacement des installations médicales et des écoles sur le territoire syrien sous contrôle des extrémistes. Les ONG ont répondu favorablement à cette demande, stipulant qu'elles ignoraient jusqu'à l'existence de telles « cibles ».

    Ces derniers temps, les pays occidentaux accusent la Russie de poursuivre les hostilités et de soutenir l'armée syrienne dans sa lutte contre l'opposition. Moscou, de son côté, insiste sur le fait que seule la coopération avec le gouvernement syrien légitime peut mettre fin aux violences dans la région.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Situation à Alep (2016) (180)

    Lire aussi:

    La Russie n'a reçu aucune donnée des USA sur les groupes terroristes en Syrie
    Zakharova dénonce la «ségrégation» des journalistes russes par les USA
    La coalition guidée par les USA nie avoir frappé les quartiers résidentiels de Mossoul
    Tags:
    accusations, armes chimiques, hôpital, frappe aérienne, ONG, Twitter, Facebook, Etat islamique, Casques blancs syriens, John Kirby, Igor Konachenkov, Royaume-Uni, Allemagne, France, Moscou, Russie, Washington, États-Unis, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik