Ecoutez Radio Sputnik
    Partisans de l'intégration européenne del'Ukraine.

    EuroMaïdan: des attentes restées vaines

    © Sputnik . Pavel Palamarchuk
    International
    URL courte
    3172
    S'abonner

    En Ukraine, la confusion règne trois ans après le début de l’EuroMaïdan. Les perspectives séduisantes annoncées en grande pompe par les nouveaux dirigeants ukrainiens sont restées lettre morte.

    L'intégration européenne promise par les dirigeants issus du Maïdan ne s'est pas produite, les visas pour les Ukrainiens n'ont pas été supprimés et la zone de libre-échange mise en place n'a pas apporté des avantages aux entrepreneurs ukrainiens et des produits européens de bonne qualité et bon marché aux habitants du pays.

    Même le président ukrainien Piotr Porochenko a reconnu qu'en trois ans la qualité de vie des Ukrainiens ne s'était pas amélioré et restait loin du niveau européen.

    ​Des experts estiment que les tergiversations ayant trait à la suppression des visas tiennent à la situation politique intérieure en Europe et ne signifient pas que les relations avec Kiev se sont détériorées. Ils sont certains que tôt ou tard l'UE supprimera les visas pour les Ukrainiens, ce qui sera, d'ailleurs, inutile pour la majorité de ces derniers, sur fond de dégradation du niveau de vie et d'absence de moyens financiers pour des voyages à l'étranger.

    L'Ukraine a rempli toutes les exigences de l'UE concernant les visas, ce qui a été confirmé officiellement en décembre 2015 par la Commission européenne qui a recommandé aux organes législatifs de l'UE d'envisager leur suppression.

    Cette fois, le président ukrainien promet que la décision interviendra le 24 novembre lors du prochain sommet Ukraine-UE à Bruxelles. 

    En ce qui concerne l'intégration européenne, un obstacle à l'accord d'association Ukraine-UE a été dressé aux Pays-Bas où un référendum a été organisé à ce sujet en avril. A l'issue du référendum, le gouvernement néerlandais a dû suspendre le processus de ratification afin de trouver un compromis qui pourrait satisfaire les habitants des Pays-Bas, l'Union européenne et l'Ukraine.

    Les Pays-Bas doivent déterminer leur position le 15 décembre.

    Le troisième objectif poursuivi par l'Ukraine au lendemain de l'EuroMaïdan est le lancement d'une zone de libre-échange avec l'Union européenne. Les autorités ont promis à la population que grâce à cette zone de libre-échange, les Ukrainiens pourraient acheter des produits d'importation bon marché. Quant aux exportateurs, on leur a assuré qu'ils pourraient vendre librement leurs produits en Europe et compenser, de cette façon, les dommages occasionnés par la perte du marché russe.

    Selon le Service ukrainien des statistiques, au cours des neuf premiers mois de 2016, les exportations ukrainiennes vers les pays de l'UE ont augmenté très faiblement par rapport à la même période de l'année précédente, à savoir de 4,4 % seulement pour atteindre 9,7 milliards de dollars. Les importations depuis l'UE ont augmenté de 7,3 %, jusqu'à 12 milliards de dollars.

    Mais si on compare ces chiffres avec les données des neuf premiers mois de 2014 (13,36 milliards de dollars), époque à laquelle la zone de libre-échange n'avait pas été encore mise en place, les exportations ukrainiennes vers l'Europe ont sensiblement diminué.

    L'explication est simple : les produits des entreprises ukrainiennes ne correspondent pas aux exigences techniques de l'UE.

    En outre, les experts avertissent les Ukrainiens qu'ils ne doivent pas s'attendre à une rapide baisse des prix des produits européens.

    « C'était un mensonge diffusé spécialement pendant le Maïdan », conclut l'expert Alexandre Okhrimenko.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

     

    Lire aussi:

    Berlin redoute la levée des visas pour l’Ukraine et la Géorgie
    La France bloque la levée des visas Schengen pour l'Ukraine et d'autres pays
    L'UE durcit le régime des visas pour l'Ukraine
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Tags:
    zone de libre-échange, Accord d'association Ukraine-UE, intégration européenne, régime sans visas, Union européenne (UE), Petro Porochenko, Pays-Bas, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik