International
URL courte
24339
S'abonner

Le Congrès américain travaille sur de nouveaux projets de loi dirigés contre la politique russe et pourrait empêcher le président élu Donald Trump d'améliorer les relations entre les deux pays. Ces initiatives prévoiraient des mesures supplémentaires, y compris l'extension des sanctions contre Moscou.

Les adversaires principaux de la coopération avec la Russie au Congrès américain sont les sénateurs républicains influents John McCain de l'Arizona et Lindsey Graham de la Caroline du Sud, rapporté lundi le journal The Washington Post.

Ainsi, la préparation des lois prévoyant des mesures supplémentaires, y compris l'extension des sanctions contre la Russie, implique les deux chambres du parlement américain: le Sénat et la Chambre des représentants. En outre, MM. McCain et Graham, selon le journal, ont déjà « un plan détaillé pour contrer la politique de Trump envers la Russie ».

John McCain, qui préside la commission des services armés du sénat américain, avait auparavant déclaré qu'il jugeait inacceptable la coopération avec le gouvernement russe sur la Syrie.

Cette opinion est également partagée par M. Graham.

« Mon opinion n'a pas changé malgré la victoire de Trump. La Russie se comporte mal sur la scène internationale et elle doit être endiguée », a-t-il lancé.

Selon le sénateur, M. Trump déterminera la politique étrangère et de défense des États-Unis en tant que président et commandant en chef des forces armées, mais « le Congrès peut aussi avoir un mot à dire et un rôle à jouer dans cette affaire ».

Avant l'investiture de Donald Trump, qui se tiendra le 20 janvier, MM. McCain et Graham envisagent de se rendre en Ukraine, en Géorgie et en Estonie à la tête de délégations parlementaires pour « rassurer les partenaires européens que Washington est toujours prêt à contrer l'agression russe ».

En outre, M. Graham, qui préside le sous-comité sur les opérations étrangères au sein du Comité sénatorial des finances, cherchera à accroître l'aide des États-Unis à leurs partenaires européens pour endiguer la Russie.

« Trump peut trouver un certain soutien de sa politique de redémarrage des relations russo-américaines de la part du sénateur républicain Rand Paul du Kentucky, qui prône la non-ingérence américaine dans les affaires d'autres pays, et de la part du député républicain de la Californie Dana Rohrabacher », estime le journal en rappelant cependant que la majorité des législateurs américains étaient extrêmement négatifs envers le gouvernement russe.

Lire aussi:

Si Trump normalise les relations avec Moscou, plus besoin de renforcer l'Otan
«Donnez-lui du temps»: Obama défend Trump
Évolution des relations entre Moscou et Washington: tout dépendra de Trump
Les conséquences pour l’Europe du séisme Trump
Tags:
Congrès des États-Unis, Dana Rohrabacher, Donald Trump, Lindsey Graham, Rand Paul, John McCain, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook