Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin

    Ce rapport contre les médias russes c’est de la "manipulation d’État"

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    International
    URL courte
    17525

    Mercredi, le Parlement européen votera la résolution sur la «propagande des pays tiers contre l’Union européenne». Au cœur du débat se trouvent les médias russes présents à l’étrangers, y compris Sputnik, qui seraient «dangereux pour l’EU».Qu’est-ce que ce vote changera et que pensent ceux qui fréquentent l’institution bruxelloise?

    « Faites attention à la propagande russe et à celle de Daech, mettent en garde les députés des affaires étrangères » — c'est ainsi que l'histoire du rapport sur la « propagande des pays tiers contre l'Union européenne » a commencé avec un communiqué de presse publié sur le site du Parlement européen au mois d'octobre dernier. Préparé par la députée polonaise au Parlement européen Anna Fotyga, ce rapport sera voté durant la session du Parlement qui démarre ce lundi.
     

    Le texte original, dont Sputnik s'est procuré une copie, évoque l'un après l'autre Sputnik, Daech, RT, le Kremlin et l'Église orthodoxe comme autant de moyen de propagande contre lesquels il faut lutter. D'après Patrick Louis, député honoraire du Parlement européen et professeur d'université explique qu'au Parlement européen ils ont peur :

    « Ils ont vu le Brexit, ils savaient pas encore que le président Trump allait être élu mais ils savent très bien que partout les peuples contestent l'UE. Et plutôt que de se poser la question de savoir pourquoi les peuples européens contestent, ils donnent l'impression qu'ils veulent contrôler l'information ce qui n'est pas un bon signe ».

    Le rapport utilise « un langage très soviétique » avec lequel « on retombe dans la guerre froide » certifie Sophie Rauszer, co-responsable des questions internationales du Parti de gauche au Parlement européen. Elle ajoute que c'est un rapport d'initiative, il sera voté et adopté mais ce n'est pas un rapport législatif, c'est plutôt la voix du Parlement européen mais qui dans le même temps donne à la Commission européenne des indications sur la position des eurodéputés :

    « À partir du moment où le rapport est adopté, c'est considéré comme la voix du Parlement européen. Ce qui effectivement à nous, à mon groupe de gauche radicale, pose problème de placer en termes de propagande et de contrepropagande une organisation terroriste avec un État membre de l'Onu du côté sécurité ».

    Sans s'attarder sur la position scandaleuse du rapport qui met les médias russes et Daech sur le même plan, il est important de noter que ce rapport touche surtout la question de l'indépendance de la presse. Patrick Louis exprime son désarroi :

    « Ce rapport est tout à fait inadmissible parce qu'il veut en fin de compte faire la différence entre la propagande et l'information et la seule solution qu'il propose c'est que l'UE soutienne les organismes de presse qui lui conviennent ce qui s'appelle de la manipulation d'État […]. Et tout ceci par dans dossier porté par Mme Anna Fotyga qui est Polonaise. J'aime beaucoup les Polonais mais faire porter un dossier de relations internationales par les Polonais, vous savez très bien qu'il y a malheureusement des faits de l'histoire qui sont quand-même antagonistes avec la Russie et je crois que déjà ça crée un trouble ».
     
    Anna Fotyga, ex-ministre polonaise des Affaires étrangères, qui a préparé le rapport, parle dans ses interviews avec beaucoup de sérieux de la cinquième colonne russe ou encore allemande qui sont à l'œuvre dans son pays. Dans le même temps, elle veut « protéger les valeurs européennes ».
    Le rapport sera voté le 23 novembre, mais avant cela Sophie Rauszer nous rappelle quelques chiffres :
     
    « Il y a quand-même eu 20 votes pour, 13 abstentions et 5 votes contre. Je parle du niveau de la commission européenne des Affaires étrangères, on a vu des rapports beaucoup plus consensuels. C'est pas un rapport particulièrement consensuel non plus ».
     
    Elle ajoute que ça serait « le problème de ne pas vouloir balayer devant sa porte comme on dit. C'est le problème de ne pas vouloir voir que certains médias qu'ils soient russophones ou russophiles, ou pro-Kremlin ou anti-Kremlin, peu importe, certains d'entre eux dressent un portrait de l'UE qui malheureusement est parfois la vérité ».
     
    De son côté, Patrick Louis pointe du doigt dans ces circonstances les relations entre l'EU et la Turquie, qui « aspire à rentrer dans l'UE et qui est dirigée par M. Erdogan qui se comporte d'une manière pour le moins despotique n'est même pas mise en cause alors que manifestement la Turquie est en train de mettre en prison ses journalistes ».

    « Ce texte montre très bien qu'à mon avis on a affaire à quelque chose qui provient beaucoup plus du couplage UE-Otan et non pas d'une autonomie de l'UE qui fait vraiment vivre ses valeurs».

     

    Patrick Louis se rappelle des paroles de Jacques Delors qui avait dit que « l'Europe devait être un despotisme éclairé » et constate que « cet empire du bien veut contrôler les choses par le haut » ce qui serait « assez dramatique ».    

    Lire aussi:

    Impuissance de l’UE: un bureau spécial créé à Bruxelles afin de discréditer la Russie
    Je suis Vladimir Poutine: la première victime du nouveau maccarthysme
    Trump et Poutine face à la propagande occidentale
    La Corée du Nord invente la propagande par voie fluviale
    Tags:
    propagande, médias, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik