Ecoutez Radio Sputnik
    Erdogan: «les terroristes en Syrie et en Irak se servent des armes de l'Otan»

    Erdogan: «les terroristes en Syrie et en Irak se servent des armes de l'Otan»

    © AFP 2019 DELIL SOULEIMAN
    International
    URL courte
    28745
    S'abonner

    Alors que les combats acharnés se poursuivent en Syrie et en Irak, certains groupes «terroristes», selon le président turc Recep Tayyip Erdogan, s'avèrent avoir des armes de l'Otan à leur disposition.

    Des groupes d'extrémistes utilisent des armes provenant de pays-membres de l'Otan en Syrie et en Irak et, de cette manière, l'Alliance soutient le terrorisme et les meurtres de civils, a déclaré le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan intervenant à une session plénière de l'Assemblée parlementaire de l'Otan qui se déroulait à Istanbul.

    « Est-ce que vous savez que les armes conçues par nos amis sont utilisées par des groupes radicaux en Syrie et en Irak, des groupes que nous considérons comme terroristes ? Nous avons obtenu ces armes et nous savons leurs numéros de série », a affirmé M. Erdogan.

    Le président turc a exhorté l'Otan à ne pas faire de distinguo entre les groupes extrémistes puisqu'ils commettaient tous des crimes, et a mentionné surtout le Parti de l'union démocratique (PYD) et les Unités de protection du peuple (YPG), insistant sur le fait qu'il ne fallait accorder aucun soutien à ces groupes kurdes.

    Tandis que l'Alliance ne qualifie pas certains de ces groupes de terroristes, elle a assuré à Ankara ne pas livrer d'armes à ces groupes. Ainsi, ces armes auraient pu tomber entre leurs mains il y a longtemps avant que le conflit n'embrase le Proche-Orient.

    Des chars de l'armée turque font leur chemin vers la ville frontalière syrienne de Jarablus, le 24 août 2016
    © REUTERS / Revolutionary Forces of Syria Media Office

    Selon M. Erdogan, cité par l'agence de presse turque Anadolu, la lutte contre Daech ne fait pas du PYD et des YPG des troupes gouvernementales. De plus, l'Otan pourrait ainsi entamer des livraisons d'armes au Front al-Nosra (rebaptisé Fatah al-Cham), coupable de centaines de morts parmi les civils, mais aussi opposé à Daech.

    La Turquie qualifie de terroriste le Parti de l'union démocratique, qui est l'équivalent syrien du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit en Turquie) et dont la branche armée est connue sous le nom d'Unités de protection du peuple.

    Fin août, la Turquie et ses alliés ont lancé l'opération Bouclier de l'Euphrate afin de chasser les djihadistes de la ville de Jarablos. Cependant, la partie turque a également annoncé que l'opération visait à nettoyer non seulement Daech du territoire, mais également les unités kurdes.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Assad: la présence des militaires turcs en Syrie est une invasion
    Des milliers de Kurdes dans les rues de Cologne pour protester contre Erdogan
    Erdogan: l’Occident n’a fait aucun bien à la Turquie
    Erdogan: l’Europe soutient le terrorisme
    Tags:
    armements, extrémistes, conflit syrien, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Unités de protection populaire kurdes (YPG), OTAN, Recep Tayyip Erdogan, Istanbul, Ankara, Turquie, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik