Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau britannique

    Rapport contre les médias russes: les atlantistes britanniques à l'origine

    © Sputnik. Stringer
    International
    URL courte
    Résolution du Parlement européen sur la lutte contre les médias russes (32)
    5341

    Mercredi, le Parlement européen votera la résolution sur la «propagande des pays tiers contre l'Union européenne». Au cœur du débat se trouvent les médias russes présents à l'étrangers, y compris Sputnik, qui seraient «dangereux pour l'EU».

    Le Rapport sur la communication stratégique de l'UE « visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers » est en train d'être débattu à Strasbourg. Au départ, dirigé exclusivement contre ce que ses auteurs appellent « la propagande russe », il s'est enrichi d'un volet sur le danger de la communication de Daech auprès des Européens.

    L'idée de comparer les médias russes à Daech est complètement aberrante étant donné que la Russie lutte contre les terroristes aussi pour l'Europe. De plus, si la résolution, mise au vote pour le 23 novembre, passe, ce serait pour la démocratie occidentale une « arme parfaite pour contrer toute vision alternative », a estimé le parlementaire russe Igor Morozov.

    Claude Chollet, président de l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique, a déclaré, dans un entretien à Sputnik, qu'il fallait analyser qui a proposé ce rapport.

    Ainsi, selon lui, les Conservateurs et réformistes européens (CRE) constitués principalement par les conservateurs britanniques, c'est-à-dire la partie la plus libérale et la plus atlantiste du Parlement européen, sont à l'origine de cette résolution.

    « Ceux qui ont porté cette motion c'est la droite conservatrice atlantiste. Et ceux qui s'y sont opposés c'est la gauche antimondialiste », a souligné M. Chollet.

    Interrogé sur la question de savoir si les médias se trompent en réalisant des sondages d'opinion, l'expert français affirme qu'ils le font tout le temps. « Ils se sont trompés pour le Brexit, ils se sont trompés pour Trump, ils se sont trompés pour Fillon », a-t-il fait remarquer.

    « Maintenant, pourquoi se trompent-ils? C'est parce qu'ils s'aveuglent volontairement. Ils ne veulent pas voir la réalité. Ils ne veulent pas voir le peuple. Ils ne veulent pas voir la démocratie. Ou plutôt ils veulent bien voir la démocratie à une condition que celle-ci leur soit favorable. Si elle ne leur est pas favorable c'est une réalité qu'ils refusent de voir », a-t-il noté.

    La question concernant les médias russes fait partie d'une résolution du Parlement européen mise au vote pour le 23 novembre prochain.

    Le document affirme que la Russie promeut une propagande hostile contre l'Union européenne. Notons que les auteurs de la résolution mettent la campagne antirusse sur un pied d'égalité avec la lutte contre le groupe terroriste État islamique (Daech) tout en exhortant les États-membres de l'UE à assurer un financement supplémentaire du projet.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Résolution du Parlement européen sur la lutte contre les médias russes (32)

    Lire aussi:

    Cette Europe de la liberté de parole qui veut censurer les médias russes
    La CPI continuera de se vider : expert russe
    «Sputnik en 133 langues» et autres fautes de frappe des médias «anti-propagandistes»
    Sans autre forme de procès, l’UE bloque un site russe pour contrer «la propagande»
    Tags:
    propagande antirusse, propagande, Parlement européen, Strasbourg
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik