Ecoutez Radio Sputnik
    mémorial en face de Bataclan

    Elle prétendait être une victime des attentats du 13 novembre, elle finit en cabane

    © AFP 2017 Joel Saget
    International
    URL courte
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
    17133733

    Il se trouve toujours parmi nous des gens capables de tirer profit des tragédies, partant du principe que «chacun gagne sa vie comme il le peut». Une jeune femme a ainsi été condamnée à un an de prison ferme après s'être fait passer pour une victime des attentats du 13 novembre 2015.

    Un an de prison ferme. Tel est le verdict du tribunal ayant condamné Laura 0uandjli, 24 ans, qui avait prétendu être une victime des attentats du 13 novembre afin de toucher des indemnisations. Ses excuses ne l’ont pas aidé à convaincre les juges, apprend-on de l’AFP.

    « C'est inadmissible ce que j'ai fait. Je présente mes excuses aux policiers, aux juges, aux avocats, aux parties civiles, aux victimes », a déclaré Laura 0uandjli à la barre du tribunal correctionnel de Versailles. La jeune femme était jugée pour « faux » et « tentative d'escroquerie ».

    Le ministère public s'était montré encore plus sévère, demandant 30 mois d'emprisonnement car elle était en état de récidive légale.

    « Les vraies victimes ont subi un vrai préjudice et moi j'ai joué de ça pour avoir de l'argent, de façon bête, tout à fait puérile. Quand j'ai pris conscience des faits, c'était trop tard », a-t-elle ajouté, parfois au bord des larmes malgré son aplomb en début d'audience.

    Toute vêtue de noir, cheveux tressés tirés en arrière, la jeune femme a invoqué une relation problématique avec sa mère depuis l'enfance et sa peur panique de manquer d'argent.

    La justice lui reprochait d'avoir prétendu être une victime d'une des attaques djihadistes qui ont fait 130 morts en tout le 13 novembre 2015, celle contre le bar Le Carillon, auprès du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI) et de la Maison départementale de l'autonomie qui aide les personnes handicapées.

    Elle s'était présentée en décembre 2015 au commissariat des Mureaux, dans les Yvelines, pour porter plainte, prétendant avoir été « gravement blessée à un bras ». Pour étayer ses dires, elle avait présenté son bras en écharpe, avant de produire des certificats médicaux et une photo de son bras prétendument blessé.

    Mais avait prétendu « avoir été soufflée par une explosion », alors que la terrasse du Carillon a été attaquée au fusil d'assaut.

    Les enquêteurs de la police judiciaire versaillaise se sont alors mis en relation avec la sous-direction antiterroriste, qui n'a pas tardé à souligner de nombreuses "incohérences".

    Brièvement placée en garde à vue en février alors qu'elle était enceinte de six mois, la jeune femme a reconnu les faits.

    Dossier:
    Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

    Lire aussi:

    Attentat de Paris: Salah Abdeslam "a volontairement refusé de se faire sauter"
    Le parquet de Paris inculpe 2 mineurs pour planification d'un attentat
    Attentat de Paris: le geste de solidarité des footballeurs français
    Tags:
    attentats du 13 novembre à Paris, bénéfices, attentat, Etat islamique, Laura 0uandjli, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik