Ecoutez Radio Sputnik
    Marteau de président

    Les militaires russes kidnappés en Crimée condamnés à 2 mois de prison

    © Flickr / Penn State
    International
    URL courte
    Kidnapping des militaires russes en Crimée (3)
    611171
    S'abonner

    Un tribunal ukrainien a placé en garde à vue les deux militaires russes kidnappés dimanche en Crimée par le Service de sécurité d'Ukraine (SBU), ce avec la possibilité de verser une caution.

    Les deux militaires russes kidnappés le 20 novembre sur la péninsule criméenne ont été placés en détention pour deux mois par la cour de la ville ukrainienne de Nikolaïev, a déclaré à la radio Hromadske le premier adjoint du procureur militaire de la région sud de l'Ukraine Piotr Vizniuk.

    « Le juge d'instruction du tribunal central régional de la ville de Nikolaïev a finalement pris une décision, acceptant la requête de l'enquêteur du parquet militaire de la garnison de Nikolaïev, et a choisi une mesure préventive pour le sergent Baranov Alexandre de maintien en détention ou de versement d'une caution de 350 000 hryvnias (environ 13 000 euros, ndlr), et a d'ailleurs accepté la requête à l'endroit de l'adjudant Odintsov Maxime en lui choisissant une mesure de prévention de maintien en détention ou de caution de 250 000 hryvnias (environ 9 000 euros, ndlr) », a précisé M. Vizniuk.

    Les militaires détenus ont été accusés d'avoir prétendument trahi leur serment militaire. MM. Baranov et Odintsov auraient fait partie des forces armées ukrainiennes, mais après le rattachement de la Crimée à la Russie ont décidé de servir dans l'armée russe, d'après le ministère ukrainien de la Défense.

    De même, Kiev compte traduire en justice plus de 1 000 militaires criméens qui ont quitté l'armée ukrainienne pour rejoindre l'armée russe, a affirmé le chef du SBU Vassili Gritsak lors d'un point de presse.

    Le 20 novembre, des agents du Service de sécurité d'Ukraine ont appâté MM. Baranov et Odintsov, à l'aide de personnes-écrans, vers le point de contrôle de Djankoï prétendument pour leur passer des documents d'études, a signalé une source au sein de la flotte de la mer Noire. Juste après que les militaires ont quitté le territoire russe, ils ont été appréhendés par le personnel du SBU et emmenés dans l'oblast de Nikolaïev en Ukraine. Ces derniers ont été désarmés et n'ont pas résisté.

    Le ministère russe de la Défense a qualifié l'arrestation d'illégale et a exigé que l'Ukraine renvoie les militaires à Moscou. Le ministère n'exclut pas qu'afin d'obtenir les aveux nécessaires, soit exercée une pression psychologique et physique sur les militaires russes.

    Selon le ministère, les services de sécurité ukrainiens s'efforcent de falsifier une procédure pénale contre MM. Baranov et Odintsov pour des crimes qu'ils auraient prétendument commis contre l'Ukraine.

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a considéré l'incident comme « une provocation illégale effectuée par les services de sécurité ukrainiens sur le territoire russe par rapport aux ressortissants russes ».

    Comme a indiqué le secrétaire de presse du président russe Dmitri Peskov, « on fait tout notre possible dans cette situation. Ils sont citoyens de la Russie, voilà ce qui est le plus important ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Kidnapping des militaires russes en Crimée (3)

    Lire aussi:

    Président moldave élu: «la Crimée est de facto un territoire russe»
    Un groupe de saboteurs ukrainiens projetant des attentats arrêté en Crimée
    Attentats déjoués en Crimée. Contre qui?
    Pourquoi Kiev voulait-il commettre des attentats en Crimée?
    Tags:
    kidnapping, serment, caution, militaires russes, arrestation, détention, Service de sécurité d'Ukraine (SBU), Crimée, Moscou, Kiev, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik