International
URL courte
4311
S'abonner

Désormais, on sait que si Facebook dit que son test a eu du succès, ceci peut signifier justement le contraire. Les journalistes ont révélé, malgré les tentatives des responsables de l’entreprise de le dissimuler, qu’un drone du réseau mis au point afin de permettre de distribuer Internet s’était écrasé.

Facebook
© Sputnik . Natalia Seliverstova
En juillet dernier, le site The Verge a publié un article concernant les drones de Facebook nommés Aquila par le biais desquels la compagnie envisageait de distribuer Internet.

Pour préparer son article, le journaliste Casey Newton a interviewé le fondateur du réseau social Mark Zuckerberg, a regardé les quadricoptères, a obtenu de belles photos puis a écrit un texte excellent sur le vol d’essai fructueux d’un Aquila.

Quatre mois plus tard, le Conseil national de la sécurité des transports (NTBS) a ouvert une enquête sur « l’incident impliquant le drone ». Il s’est avéré que lors du premier vol d’essai le drone de Facebook… s’était écrasé.

Le crash n’a tué personne et aucun objet n’a été endommagé lors de l’incident qui s’est produit à Yuma en Arizona, selon Bloomberg. D’après un porte-parole de NTSB, le drone a été considérablement endommagé, ce qui signifie qu’il n’était plus capable désormais de voler.

Fait curieux, le jour de la mise en ligne de l’article en question dans lequel les portes-paroles de Facebook qualifiaient le vol d’essai de fructueux, le réseau social a présenté les résultats du test dans son blog. Une « défaillance structurelle juste avant l’atterrissage » y a notamment été évoquée. Le journaliste n‘a pas fait attention à cette remarque d’autant plus que les portes-paroles de la société n’ont mentionné aucune défaillance lors de leurs entretiens avec le reporter.

« Nous sommes très content que le premier vol d’essai d’Aquila ait été un succès », disait les portes-paroles.

Le journaliste de Verge se demande pourquoi personne n’a évoqué l’enquête du Conseil national de la sécurité des transports, même si les employés de Facebook reconnaissaient que souvent les premiers tests de vol sont accompagnés de problèmes techniques.

Lire aussi:

Donald Trump accuse Facebook, Twitter et Google de malhonnêteté
Et vous, quel est votre «prix» aux yeux de Facebook ?
Les ONG font front commun contre la censure sur Facebook
L’inquisition de Facebook frappe à nouveau et censure un chef-d’œuvre du Caravage
Tags:
crashs, Internet, Aquila (drone du Facebook), Facebook, Inc, Mark Zuckerberg, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook